Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 262
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0317
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

noient ce char triomphant sur lequel
estoit ailis, comme sur un throsne royal,
un Molosïè extrêmement grand orné
de mille belle choies, & enrichi de tout
ce qu'on pourrait s'imaginer de rare,
de précieux, & de beau. Cet animal
se voyant dans cet estat le regardoit a-
vec complaisance, & tout enssé de gloi-
re de se voir si richement paré, don-
noit à connoistrq qu'il croyoit estre
quelque chose de plus qu'une beste;
c'est pourquoy il faisoit voir une incro-
yable gravité à tous ceux qui le consi-
deroient, saluant pourtant avec humi-
lité & avec des grandes marques de
respet tous les plus grands qu'il voyoit.
Sa suitte estoit assés nombreulè : car il y
avoit quantité de singes superbement
vestus, lesquels entouraient ce throsne

comme si c'eust esié des jeunes hommes
qui eussènt fait l'office de guardes du
corps, lelquels tenoient le poste & le
rang que ce Roy leur marquoit. Au re-
ste ils faisoient les mesmes inclinations
qu'ils voyoient faire à leur triompha-
teur. Il y avoit un grand singe qui
conduisoit le char, lequel estoit revestu
d'un manteau d'or avec un chapeau
tout couvert de pierreries : il tenoit les
reynes des chevaux de la main droite,
& avoit un grand fouet à la gauche a-
vec lequel il les gouvernoit ; de sorte
qu'on eust dit que c'estoit un verita'
ble & parfait cocher , si bien il con-
duisoit ces animaux & ce char. Ces
bestes, que je puis appeller humaines &
raisonnables p rendoient ce triomphe si
parfait, qu'on peut dire qu'elles fai-
soient
loading ...