L' art: revue hebdomadaire illustrée — 8.1882 (Teil 2)

Page: 256
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1882_2/0291
License: Free access  - all rights reserved Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
256

L'ART.

était tout designé. L'influence de M. Jacquet a violemment induit en erreur M. Ernest de
Liphart. Dans Bébé et le paon, il est très loin de se montrer à la hauteur du portrait de son
père. S'il veut s'attaquer au tableau de genre, qu'il s'adresse à un vrai maître, à M. William
Quiller Orchardson, par exemple. Chez cet artiste d'une personnalité si caractéristique, dont
Lille et Paris ont salué, à la fin de l'an dernier, le double et très grand talent hors pair de
portraitiste et de peintre de genre, M. Ernest de Liphart trouvera des conseils et un enseigne-
ment original qui développeront de plus en plus chez lui une individualité nettement accentuée,
telle qu'on est en droit de l'attendre d'un artiste aussi richement doué que lui.

Étude

de M. Ernest de Liphart pour le portrait de M. de Liphart père.

XXIV

le portugal

Je me reprocherais de ne pas signaler M. Columbano Bordallo-Pinheiro, de Lisbonne, qui a
peint d'une brosse terriblement assombrie et heurtée Une Soirée che{ lui, colossal tableau de
genre que hante le souvenir du Caravage et du Valentin et que trouble aussi la facture de
Théodule Ribot. C'est de parti pris très violemment noir avec des éclaircies olivâtres, jetant sur
cette partie de plaisir des notes funéraires qui dirigent la pensée tout droit vers les hôtes de la
Morgue. Cela manque de gaieté, mais cela n'est pas d'un homme ordinaire et il n'est pas
impossible qu'à quelque prochain Salon il faille compter avec M. Bordallo.

Paul Leroi.

(La suite prochainement.)
loading ...