La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 105
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0115
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 14. - 1910.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6=)

2 Avril.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale).

me USTranaéro : O fr. 25

15 fr.

PROPOS DU JOUR

’art de la médaille aura cette année
de multiples expositions. On sait
déjà qu’à Bruxelles et à New-
York s’ouvriront prochainement
des sections de glyptique. Voici qu’à son tour
le Conseil municipal de Paris, sur la demande
de la quatrième commission, décide l’orga-
nisation au Petit Palais d’une exposition de
médailleurs. Les séries qui seront offertes à
l’examen du public seront, les unes, anciennes
et, les autres, modernes. Il a paru bon de
joindre au spectacle de ce que créent les con-
temporains le souvenir des grands artistes
de jadis. Ainsi c’est une brève histoire des
médailleurs que le Conseil municipal propose
d’offrir à nos regards.

Cette heureuse initiative sera pour nos
artistes un précieux témoignage et, s’il était
besoin, un stimulant. L’exposition fera pa-
raître quels ont été, en ces vingt-cinq dernières
années, l’admirable effort de renouvellement
tenté en France et le succès universel des
œuvres par où s’est manifestée cette renais-
sance. Il n’est pas un pays qui n’ait été notre
tributaire en cet art dans le dernier quart de
siècle, et si l’hommage certain rendu aux
novateurs est de se mettre à leur école et de
les imiter, a-t-il jamais été plus sensible que
dans les œuvres exécutées par des travailleurs
étrangers? Nos médailleurs qui, après une
originale floraison, semblent un peu se re-
cueillir, trouveront, à revivre la suite de leur
histoire, de3 raisons de prendre confiance
dans le rôle qui leur semble dévolu par la
tradition.

Il est à peine besoin d’ajouter que la multi-
plicité des collections, qui peut avoir des
inconvénients pour la peinture et la sculp-

ture, n’a que des avantages pour les médailles.
Quand un musée, soucieux de se garnir et de
s’orner, obtient un tableau important, une
œuvre maîtresse, cette pièce unique ne suffit
pas à lui constituer à elle seule un ensemble ;
elle ne supplée pas à ce qui lui manque, et
elle peut faire grandement défaut à quelque
autre galerie déjà constituée et riche de séries
utiles à l’étude. Mais nul regret pareil ne
risque d’être formulé pour des expositions de
médailles. Les exemplaires, ici, peuvent être
en double, et des musées, sans se faire de
tort, sans rompre l’enchaînement nécessaire
de l’histoire, peuvent constituer des séries
analogues: les collections n’ont rien à y per-
dre et le public n’a qu’à y gagner.

NOUVELLES

*** Dimanche dernier a été inauguré à Paris,
square des Etats-Unis, un monument à la
mémoire du chirurgien américain Horace
Wells; œuvre du sculpteur Bertrand-Boutée,
il se compose d’un buste de AYells sur un socle
en marbre blanc où se détache un médaillon
de Paul Bert, qui perfectionna la méthode
d’IIorace Wells.

*** Sur l’initiative de laSociétépourlapro-
tection des paysages de France, un projet de
loi avait été soumis àlaChambre des députés
pour empêcher l’envahissement de nos mo-
numents historiques et de nos sites pittores-
ques par les affiches réclames. Ce projet, qui
avait été voté par la Chambre, vient de l’être
également par le Sénat. Voici le texte de cette
nouvelle loi :

Article 1er. — L'affichage est interdit sur
les monuments historiques classés en vertu
de la loi du 30 mars 1887, ainsi que sur les
monuments naturels et dans les sites de ca-
ractère artistique classés en vertu de la loi
du 21 avril 1906.
loading ...