La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 305
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0315
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N* 39. - 1910.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e) 21 Décembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. . . . 10 fr.

Départements. 12 fr.

Étranger

(Etats faisant partie de
l’Union postale). 15 ff.

TSTuméro : O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

e 1er janvier, la Société française
de reproductions de manuscrits à
peintures entrera dans sa première
année d’activité. Elle a consacré
mois à se constituer, à s’assurer
des concours indispensables, à définir nette-
ment son objet. Aujourd’hui, elle est toute
formée et prête à commencer ses travaux. Sa
première publication sera la reproduction
intégrale de tous les feuillets d’une splendide
Bible moralisée, qui est l’un des plus admi-
rables ouvrages exécutés par les artistes
français du xnte siècle.

On se rappelle dans quelles circonstances
la Société est née. Au lendemain du désastre
qui ravagea la Bibliothèque de Turin, tout le
monde savant s’est ému. Diverses proposi-
tions intéressantes ont été faites. Mais, fina-
lement, les Pouvoirs publics n’ont rien décidé
et le temps a passé. Il a paru alors à quel-
ques hommes dévoués à l’histoire et, en par-
ticulier, à nos beaux manuscrits qu’ils pour-
raient prendre l’initiative de reproduire les
peintures des plus beaux manuscrits. C’est
ce que va faire la « Société française » dans
les meilleures conditions possibles et en ayant
recours aux procélés mécaniques appropriés.
Son œuvre sera de constituer une sorte de
Corpus, une représentation graphique des
plus illustres exemplaires d’un art jadis mer-
veilleux.

Cette entreprise sera précieuse à tous les
amis de l’art et à tous les historiens, et il est
à souhaiter que les concours utiles ne lui fas-
sent jamais défaut. Le Corpus qu’il s’agit de
constituer assurera la conservation de docu-
ments inestimables, et si, par malheur, les ori-
ginaux devaient disparaître, il en resterait du

moins un souvenir précis. Il permettra en
même temps au public de connaître d’admira-
bles ouvrages jalousement gardés dans les bi-
bliothèques et réservés aux seuls érudits. La
curiosité qui pousserait de nombreux ama-
teurs à consulter les originaux ne serait pas
sans inconvénients : les manipulations fré-
quentes sont pour ces œuvres délicates un
danger. L’existence des reproductions per-
mettra de les sauvegarder, sans priver les
travailleurs de documents indispensables. On
peut ajouter, enfin, qu’au point de vue de
l’étude de l’histoire, des arts, du dessin, des
costumes et des mœurs de l’ancien temps, les
reproductions de manuscrits rendront à la
science de signalés services. C’en est assez
pour qu’au seuil de l’année où elle commence
ses travaux, la Société nouvelle reçoive les
vœux de tous ceux qui connaissent ses pro-
jets et s’intéressent à sa réussite (1).

NOUVELLES

*** La Chambre des députés vient de voter
une loi qui autorise l’Etat à vendre les copies
d’objets d’art abandonnées dans les musées.

*** Les cours de l’Ecole du Louvre pour
l’année 1909-1910 ont commencé cette semaine.
En voici la liste :

Archéologie nationale et préhistorique. —
M. IL Hubert, professeur suppléant, étudiera,
pendant le premier semestre, les nouvelles
découvertes relatives à la chronologie des
temps paléolithiques, et pendant le deuxième
semestre, l’archéologie de la Gaule romaine,
tous les vendredis, à 10 h. 1/2 du matin.

(1) La cotisation annuelle est fixée à 1Ô0 ou
25 francs. Une circulaire explicative est envoyée
franco à toute personne qui en fera parvenir la
demande au secrétaire de la Société, comte
Alexandre de Laborde, 81, boulevard de Gour-
celles, Paris (VIIIe)-
loading ...