La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 257
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0267
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 33. — 1910.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

22 Octobre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale).

Œe ISTnixiéro O fr. 2 5

15 fr.

PROPOS DU JOUR

e Journal officiel vient de publier
un document quia passé inaperçu
et qui mérite la plus grande at-
tention. On le trouvera ci-dessous
reproduit. C’est le décret, rédigé par le
Conseil d’État, d’accord avec les services
■compétents des Beaux-Arts, et relatif, dit
le texte discrètement, « au dépôt d’œuvres
appartenant à l’État dans les musées dépar-
tementaux ou communaux qui ne sont pas
investis de la personnalité civile ». En réa-
lité, c’est toute une législation des musées
de province qui se trouve enfin instituée.

Parmi les dispositions que le décret prévoit,
les unes se rapporten t à l’installation matérielle
•du musée, les autres au personnel. Il ordonne
en particulier l’établissement d’un catalogue
ou d’un inventaire ; il réclame la descrip-
tion, avec plans à l’appui, des locaux. Si l’on
se rappelle quel est trop souvent l’état de
délabrement de nos galeries provinciales, et
les dangers qu’y courent les œuvres d’art
exposées aux intempéries et à l’incendie, on
appréciera l’importance de l’innovation qui
oblige les conseils généraux ou municipaux
à faire connaître, avant de réclamer un ta-
bleau ou une statue, l’asile qu’ils peuvent lui
offrir. Le ministre des Beaux-Arts pourra
désormais réclamer toutes modifications ma-
térielles qu’il jugera nécessaires ; il pourra
même les exiger pour les musées déjà exis-
tants.

En ce qui concerne le personnel, le décret
décide que dans les musées ayant plus de
vingt œuvres d’art confiées par l’Etat, c’est-
à-dUe dans tous ceux qui ont quelque impor-
tance, et on peut dire dans presque tous, les
•conservateurs et les conservateurs adjoints

seront choisis parmi les candidats qui auront
justifié, devant une commission nommée par
le ministre, de leur aptitude à ces fonctions.
Pour peu que la commission visée par ce texte
ne soit pas nommée selon des considérations
étrangères à l’intérêt des musées, c’est la
compétence que le décret demande aux fonc-
tionnaires, et, pour l’organiser mieux encore,
il prévoit une inspection générale.

Cette vue d’ensemble suffit à montrer l’im-
portance capitale du décret rédigé par le
Conseil d’Etat. Combien de fois ici n’avons-
nous pas réclamé en faveur des musées de
province ? Combien de fois n’avons-nous pas
souhaité des installations plus sûres et des
catalogues ? Désormais, le décret longuement
préparé, longtemps discuté, et vivement at-
tendu, donne aux pouvoirs publics tous les
droits dont ils ont besoin. A partir d’aujour-
d’hui, ils peuvent intervenir : il ne leur reste
qu’à vouloir.

---

NOUVELLES

*** Le dimanche 9 octobre a été inauguré
à Fiévent (Pas-de-Calais) un monument à la
mémoire du baron de Fourment, ancien séna-
teur.

*** Par décret rendu sur la proposition du
ministre de l’Instruction publique et des
Beaux-Arts, M. Paul Vidal est nommé profes-
seur d’une classe de composition musicale au
Conservatoire national de musique et de
déclamation, en remplacement de M. Lenep-
veu, décédé.

D’autre part, M. Paul Dukas, compositeur
de musique, est nommé, à dater du ler octo-
bre 1910, inspecteur de l’enseignement musi-
cal, en remplacement de M. Lenepveu,décédé.

*** Par décret présidentiel en date du
12 octobre 1910, rendu sur le rapport du
ministre de l’Instruction publique et des
loading ...