La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 161
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0171
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 21. - 1910.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

21 Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosittf

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale). 15 fr.

Le ITuméro O fr. 25

PROPOS DU JOUR

NOUVELLES

(?ï>5jjÉ^ES dessinateurs et illustrateurs
viennent de constituer un Syndi-
cat. Ce n’est point dans l’intention
d’organiser des grèves ni pour
entreprendre ce que l’on nomme une lutte de
classes. Fidèles à la lettre et à l’esprit de la
loi, ils entendent simplement étudier et dé-
fendre en commun leurs intérêts profession-
nels.

Un groupement de cette nature a naturel-
lement pour premier objet d’organiser l’aide
•que se peuvent mutuellement donner ceux
qui en font partie. 11 y a dans le monde des
artistes dessinateurs bien des détresses que
le syndicat pourra soulager. Il y a aussi pour
les débutants comme pour les anciens qui ne
répondent plus aux goûts changeants du pu-
blic bien des difficultés à utiliser leur travail,
à faire accepter leurs ouvrages dans les publi-
cations illustrées, à pratiquer librement, en
un mot, un art qui souvent est aussi un
gagne-pain. Et le rapprochement des hommes
ayant mêmes intérêts moraux et matériels
est fait pour donner à beaucoup un appui
qui manque au travailleur isolé.

En même temps, il y a tout un ordre de
•questions dont le syndicat pourra s’occuper
utilement : c’est toutes celles qui touchent au
droit d’auteur et à la reproduction. On sait
qu’une loi récente, dont nous avons parlé ici,
a très heureusement édifié les artistes sur la
nature et la limite de leurs droits. La forma-
tion du syndicat est le témoignage certain
d’une conscience désormais mieux éclairée
et plus forte; elle ne saurait que mettre les
dessinateurs et les illustrateurs mieux à même
de régler les conditions de métier qui accom-
pagnent l’exercice de leur art.

*** A l’occasion de l’Exposition franco-
britannique à Londres et par décret rendu
sur la proposition du ministre de l’Instruc-
tion publique et des Beaux-Arts :

Sont élevés dans l’ordre de la Légion d’hon-
neur à la dignité de :

Grand-officier. — MM. Édouard Détaillé,
membre de l’Institut, peintre; Auguste Rodin,
sculpteur.

Sont promus :

Au grade de commandeur. — MM. Aimé
Morot, membre de l’Institut, peintre ; Lher-
mitte, membre de l’Institut, peintre et gra-
veur; Guillemet, peintre; Injalberb membre
de l’Institut, sculpteur.

Au grade d’officier. — MM. Agache, Joseph
Bail, Marcel Baschet, René Ménard, Pelez,
Rochegrosse, peintres; Paul Aubé, Joseph
Carlier, Escoula, Larché, Sicard, sculpteurs;
Maurou, graveur lithographe.

Au grade de chevalier.—MM. Caro Delvaille,
Desvallières, Guirandde Scévola,Le Gout-Gé-
rard, Zwiller, Gillot, Paul-Albert Laurens,
Avy,Tancrède Bastet, Maurice Denis, Darien,
Lavergne, Duhem, peintres; Max Blondat,
Emmanuel Fontaine, Alix Marquet, Moreau-
Vauthier, Pierre Roche, sculpteurs ; Decisy,
Dézarrois, graveurs ; Deschamps, graveur en
médailles; Gaulard, graveur sur pierres fines ;
Guilbert, Patouillard-Demoriane, architectes;
Aubert, artiste décorateur; Friedel, archi-
viste-bibliothécaire, chargé de l’organisation
de l’exposition du ministère de l’Instruction
publique et des Beaux-Arts.

*** Le Conseil des Musées a accepté, poul-
ie musée du Luxembourg, deux tableaux de
Gauguin : une nature morte, léguée par le
céramiste Chaplet, et une étude de nu, don-
née par M.Philipsen, de Copenhague. D’autre
part, M. Amédée Schuffenecker a offert gra-
cieusement au même musée du Luxembourg-
une des plus belles toiles de la période bre-
tonne de Gauguin : Les Vignes rouges.
loading ...