La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 289
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0299
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 37. — 1910.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e) 10 Décembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale). 15 fr.

IL-e ITuméro : O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

’idée d’installer- à Paris en 1920
une Exposition Universelle, émise
il y a quelque temps par des co-
mités spéciaux, a été récemment
examinée par les pouvoirs publics. Le
Conseil des ministres a sagement décidé,
avant de prendre un parti, d’ouvrir une
vaste enquête sur l’utilité de ce projet. Et la
Ville de Paris, par un vote du Conseil mu-
nicipal, vient à son tour de manifester heu-
reusement sa volonté de ne pas s’engager
dans cette aventure sans avoir pris les infor-
mations les plus précises.

Tout le monde approuvera cette méthode.
Les partisans les plus enthousiastes même
de cette Exposilion ne trouveront pas mau-
vais que leur idée soit soumise à un examen,
et si elle est aussi bonne qu’ils le disent, ils
ne peuvent redouter pour elle la lumière
d’une discussion approfondie. Pour ceux qui
voient dans ce rêve d’Exposition Universelle
une entreprise néfaste, ils ne peuvent que
se féliciter de l’enquête promise. La Chronique
a dit dès le premier jour les graves et mul-
tiples objections que soulevait le projet, et la
presse en général s’est montrée sévère. L’expé-
rience de 1900 est encore présente à toutes
les mémoires; les conséquences se font en-
core durement sentir. Il est excellent que le
Gouvernement et la Ville, avant de renou-
veler une tentative qui a si mal réussi, de-
mandent à tous les groupements compétents
leur opinion motivée.

On souhaite que l’enquête soit la plus large
possible, et qu’elle se poursuive impartiale-
ment auprès de tous ceux qui ont qualité
pour se prononcer. Les Chambres de com-
merce sauront dire avec précision ce que

pensent les industriels et le monde des affai-
res. Les Associations savantes et artistiques
sauront expliquer ce que leur apporte une
Exposition Universelle en compensation des
enseignements précieux qu’elles tirent des
expositions particulières. Il serait bon aussi
que des assemblées ayant l’autorité et l’indé-
pendance, comme les sections de l’Institut,
fussent appelées à donner leur avis et à dire
ce que réclame, à leur jugement, l’intérêt gé-
néral. C’est un signe des temps, en tout cas,
ce souci de documentation préalable. On ne
se lance plus d’un cœur léger dans ces vastes
entreprises, songe de quelques organisateurs
professionnels : on paraît chercher à quoi
elles mènent. Si on cherche vraiment, on
trouvera, et si on trouve, nous avons con-
fiance que l’on recevra docilement la leçon
de cette enquête; elle épargnera bien des
agitations infécondes, bien des déconvenues,
le gaspillage de bien des forces, dont notre
pays peut user plus utilement.


NOUVELLES

*** Dimanche dernier a été inauguré, au
cimetière Montparnasse, un monument à la
mémoire du graveur en médailles Chapiain,
œuvre du sculpteur Denys Puech, du graveur
en médailles Vernon, et de l’architecte Moyaux.

Le même jour on a inauguré à Belley un
monument à la mémoire de Brillat-Savarin,
— et à Marseille un monument, érigé sur
l’initiative de notre confrère F. Servian, de
l’Académie de Marseille, à la mémoire du pein-
tre Magaud, œuvre du sculpteur E. Aldebert
et de l’architecte G. Mouriès.

Enfin, le lundi 5 décembre a été inauguré
à Paris, dans l’amphithéâtre de l’Académie
nationale de musique, un buste du peintre-
décorateur Pli. Chaperon, œuvre du sculpteur
Fourquet.
loading ...