La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 217
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0227
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 28. — 1910.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

13 Août.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.

Départements. 12 fr.

Le Numéro

Étranger (Etats faisant partie de

l’Union postale)
O fr. 25

15 fr.

PROPOS DU JOUR

défenseurs du Mont-Sàint-Mi-
•fyi$ chel viennent d’obtenir un succès
très important. La Commission
du budget a récemment voté une
proposition aux termes de laquelle la fameuse
digue élevée près du mont doit être purement
et simplement supprimée.

Les lecteurs de la Chronique connaissent
depuis longtemps la bataille qui se livre au-
tour de la citadelle antique, et il suffira d’en
rappeler brièvement la cause. Des Sociétés
agricoles ou financières ont imaginé de cons-
truire une digue à l’abri de laquelle on élève
le niveau de la terre et on pratique la culture
maraîchère. Le résultat de ce travail d’ingé-
nieur, c’est que le Mont-Saint-Michel a perdu
de son caractère. Ce qui faisait l’incomparable
beauté du site, c’était que le vieux village et
l’abbaye qui le domine étaient une île véritable
et que, sauf à marée basse, les flots battaient
librement les remparts de ce mont qui, par sa
désignation historique, demeurait « au péril
de la mer ». La digue change tout; elle ruine
l’originalité illustre du paysage ; elle fait à
sa beauté légendaire une offense irréparable.

C’est ce qu’ont senti, dès le début des tra-
vaux, tous ceux qui aiment les paysages et
les monuments du pays. Le vandalisme uti-
litaire des constructeurs de digue a été
dénoncé cent fois avec courage, avec élo-
quence, et, ce qui était le plus nécessaire,
avec ténacité. Rien n’y faisait : la discussion
annuelle du budget des Beaux-Arts était
l’occasion de déclarations incertaines, qui
n’étaient suivies d’aucun acte. La Commis-
sion du budget, du moins, vient de prendre
un parti qui est net et qui est le seul sage ;
elle a bien mérité des touristes et des amis

des monuments. Mais son œuvre n’est pas
terminée. Il ne faut pas se reposer sur le
plaisir de ce premier succès du goût. Le vote
émis par la Commission du budget doit être
confirmé par la Chambre : c’est à obtenir ce
résultat que peuvent utilement travailler,
d’ici la discussion du budget, ceux qui ont
déjà tant fait pour éclairer l’opinion publique
et pour sauver le Mont-Saint-Michel.

NOUVELLES

*** Par décret rendu sur la proposition
du ministre de l’Instruction publique et des
Beaux-Arts sont promus ou nommés dans
l’ordre de la Légion d’honneur :

Commandeur : M. Albert Dawant, artiste
peintre ;

Officier : MM. Paul Pelliot, chargé de mis-
sion en Asie centrale ;

Chevaliers : MM. Henry Février, compo-
siteur de musique ; F. Cachoud, F. Guiguet,
A. Larteau, Désiré Lucas, artistes peintres ;
FI. Félix, chef d’atelier, professeur à la Manu-
facture nationale des Gobelins; Ch. Lacher-
Ravaisson-Mollien, conservateur adjoint des
musées nationaux.

Par décret rendu sur la proposition du mi-
nistre de l’Intérieur, M. Georges Cain, con-
servateur du Musée Carnavalet, est promu
officier de la Légion d’honneur.

Par décret rendu sur la proposition -du mi-
nisire des Affaires étrangères, MM. Ch.-W.
de Bériot, sujet belge, compositeur de musi-
que; A. Chabanian, sujet ottoman, artiste
peintre; J.-E. Pagès et L.-C. Walden, citoyens
américains, artistes peintres, ont été nommés
chevaliers de la Légion d’honneur.

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le mardi 2 août, à Vaux-le-Pénil (Seine-et-
Marne), un monument à la mémoire de Gas-
ton Méry, ancien conseiller municipal de
Paris, œuvre du sculpteur Antoine Forestier ;
loading ...