La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 145
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0155
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 19. - 1910.

BUREAUX: 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

7 Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS
paraissant le samedi matin

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. . . . 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale). 15 fr.

I-e 3ST uméro : O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

'Académie des Inscriptions et Bel-
les-Lettres s’est occupée dans une
récente séance des fouilles de la
Cour du Mai, et elle l’a fait de la
manière la plus heureuse. On sait-que ces
fouilles sont nécessaires pour l’établissement
du souterrain qui doit relier le Palais de Jus-
tice et le Marché aux Fleurs, et qu’elles per-
mettront d’explorer le mur d’enceinte gallo-
romain du Palais. Le préfet de la Seine a
déclaré que toutes mesures seraient prises
afin de préserver ce qu’on pourrait découvrir
d’intéressant pour l’histoire de Paris. C’est
une promesse dont l’Institut s’est, félicité de
prendre acte, et qu’il avait eu le mérite de
provoquer. Sa sollicitude ne s’est pas arrêtée
là. Il s’est préoccupé des modifications que
l’établissement du souterrain pourrait ap-
porter à la Cour du Mai; il a émis le vceu
d’en voir l’accès aménagé, non point dans la
cour du Palais mais sur le trottoir, dans la
rue. On ne peut que s'associer avec empres-
sement à ces souhaits.

Cette intervention de l’Institut invite à une
autre réflexion. Il est évident que si l’Institut
voulait appuyer, comme il vient de le faire,
les revendications des amis des monuments,
elles auraient souvent plus de chance d’abou-
tir. Comme, la plupart du temps, les pouvoirs
publics négligents ou incompétents n’agissent
■que par l’effet de l’opinion publique, c’est
cette opinion même qu’il s’agit de former et
■d’émouvoir. Dans bien des cas, une manifes-
tation de l’Institut serait décisive, à raison de
■l’autorité et de l'indépendance qui s’y atta-
cheraient. Toute la charge des campagnes
entreprises en faveur des monuments ou des
■paysages menacés par la barbarie moderne a

pesé sur des écrivains, sur ides sociétés pri-
vées qui, à force d’énergie, ont fini par ac-
quérir la confiance du public. L’Institut
aiderait ce labeur souvent difficile, pour peu
qu’il marquât l’intérêt qu’il prend à telle ou
telle réclamation.L’Académie desinscriptions
et Belles-Lettres a donc prisune initiative qu’il
convient de louer. On voudrait seulement
espérer que l’Académie des Beaux-Arts sui-
vra l’exemple et ne demeurera pas indiffé-
rente à tant de spectacles et d’entreprises où
elle pourrait utilement intervenir.

NOUVELLES

T** Par décret il est créé, à partir du
1e1' juillet prochain, un emploi d’inspecteur
général de l’enseignement du dessin (ensei-
gnement primaire), aux appointements de
iO.OtiO francs par an.

*** Le baron Pierre de Clairval vient de
faire don au Musée de l’Armée d’un plan
topographique ayant appartenu à son ar-
rière-grand-père le lieutenant-général Dau-
mesnil. Ce plan original, dessiné à la plume,
rehaussé d’aquarelles par Musnier, fut pré-
senté en 1783 à la reine Marie-Antoinette par
l’Ecole Nationale militaire de Paris : il repré-
sente un hexagone fortifié selon le premier
système du maréchal deVauban.

Le Musée de l’Armée a reçu également le
beau tableau du regretté peintre G. Moreau
de Tours : Carnot entraînant ses troupes à la
victoire.

*** Le jeudi 12 mai aura lieu à Bagatelle
l’inauguration, par le Président de la Répu-
blique, de l’exposition organisée par la So-
ciété Nationale des Beaux-Arts, et qui mon-
trera des portraits, des costumes et des jouets
d’enfants de tous les temps. Elle sera ouverte
au public le 11 mai.

*** La semaine dernière ont eu lieu, devant
la cour d’assises de Guéret, les débats relatifs
loading ...