La chronique des arts et de la curiosité — 1911

Page: 57
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1911/0067
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N. g. — 1911. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

23 Février.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de

l'Union postale)......... 15 fr.

ZLe ZCTuméro : O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

fàf?|S^jjE toutes les campagnes auxquelles
^I^cKj les enlaidissements de Paris obli-

\ét^/'rk £en* ^es j°urnaux et les revues,
rîSw^fc? l'une des plus nécessaires est celle
qui est dirigée contre le pont de la Monnaie.
On sait que le fâcheux projet de ce monu-
ment menace l'un des plus beaux sites de
Paris. Rien d'irréparable n'a été fait heureu-
sement ; mais le péril est imminent.

Le programme des travaux, plus nom-
breux qu'utiles, qui se doivent accomplir pro-
chainement comporte le prolongement de la
rue de Rennes. Tout le monde a deviné que,
après cette prolongation, viendra fatalement
le projet du pont nouveau destiné à relier le
quai Conti et le quai du Louvre. Il suffît
d'imaginer où sera construit ce pont, et de
connaître au milieu de quel ensemble histo-
rique il viendra jeter le trouble, pour en sentir
toute la barbarie. Si l'administration muni-
cipale ne s'en aperçoit pas toute seule, il fau-
dra bien que les Parisiens lui apprennent à
mieux regarder. Ce qui est en cause, c'est
l'admirable perspective qui s'étend du Pont-
Neuf et du Pont des Arts, c'est le paysage
historique qui va de la pointe de la Cité au
palais Mazarin et au Louvre ; il n'y a rien de
plus illustre ni de plus émouvant.

On a fait valoir depuis longtemps tous les
arguments, et ils sont si caractéristiques
qu'il ne devrait pas être besoin d'y insister.
Parmi les raisons nouvelles qui ont été ré-
cemment données, il y en a une qui a été très
minutieusement et très heureusement exami-
née. La création d'un pont de la Monnaie
compromettra de la manière la plus grave la
beauté du Pont-Neuf. Les deux parties du
Pont-Neuf reliées par un terre-plein forment un

ensemble magnifique : la maçonnerie, le cou-
ronnement à hautes consoles, lestours des pi-
liers mêlés à la verdure, ont un aspect mo-
numental unique à la convergence des bras
de la Seine. Vues du pont des Arts, ou vues
des deux quais, ces architectures sont majes-
tueuses. Que deviendront-elles le jour où
un pont de la Monnaie fermera brusque-
ment l'horizon ? Elles seront invisibles pour
le promeneur trop proche qui serait sur le
pont delà Monnaie; elles seront invisibles
encore pour le promeneur du pont des Arts,
dont la vue sera interceptée. C'est une ques-
tion sur laquelle il ne faut pas se lasser de re-
venir : les vandales ne cèdent que devant la
révolte de l'opinion et jamais révolte ne fut
mieux justifiée qu'en ces circonstances.

->«-<Z>-*<-

NOUVELLES

*** Deux dessins à la plume par Callot
viennent d'être découverts à la Bibliothèque
Nationale par M. Bruw aert, ministre pléni-
potentiaire à Paris, qui les publiera prochai-
nement dans la Gazette des Beaux-Arts. Cette
trouvaille a été faite dans la reliure d'un
volume publié à Florence au commencement
du xvne siècle, et qu'on suppose provenir de
la bibliothèque de Callot. L'un de ces dessins
est l'esquisse de la Prédication de saint Jean-
Baptiste. L'authenticité de ces dessins a été
reconnue par M. Bruwaert et M. de la Ron-
cière, conservateur à la Bibliothèque Natio-
nale, qui ont relevé sur le livre qui les conte-
nait la signature de « Jacomo Caltot di Lor-
rena », et aussi cinq étoiles en sautoir, qui
constituaient les armoiries de l'artiste.

*** Le 16 février l'Académie française a
élu comme un de ses membres M. Henry
Roujon, secrétaire perpétuel de l'Académie
des Beaux-Arts.
loading ...