La chronique des arts et de la curiosité — 1911

Page: 209
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1911/0219
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
No 27. - 1911. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e) 12 Août.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de

l'Union postale)......... 15 fr.

ILe Numéro : O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

n a enfin des raisons de croire que
Thôtel Biron est sauvé. Tant de
fois déjà les espoirs les plus
5n5©w^t précis se sont trouvés déçus qu'il
serait téméraire peut-être de tenir cette affaire
pour close et de se réjouir comme d'un succès
définitif. Mais tout fait penser que les arran-
gements pris par l'Etat et par la Ville seront
durables et donneront d'heureux résultats.
Restent les questions relatives à l'usage qui
sera fait de l'hôtel Biron, et sans doute le
débat sur ce sujet n'est pas terminé. Mais,
sans attendre qu'il reprenne, il y a un projet
qui a été mentionné au cours des discussions
et qu'il ne faut pas se lasser de rappeler :
c'est celui qui concerne l'installation de
l'Ecole des Arts décoratifs.

Les lecteurs de la Chronique connaissent,
pour nous en avoir entendu parler cent fois,
l'état lamentable de l'Ecole des Arts déco-
ratifs de Paris. L'installation en est incom-
mode et malsaine. Et quand on songe au dé-
veloppement de cette institution dans ces
dernières années, aux services qu'elle a ren-
dus et qu'elle rendra encore, à la place que
tient l'ornementation dans l'histoire de l'art
français, il n'y a qu'un mot pour juger l'état
où on délaisse l'Ecole décorative de Paris :
c'est un scandale. Tout le monde est d'accord
sur ce point. Il n'est pas d'année où le Parle-
ment n'entende, à l'occasion de la discussion
du budget des Beaux-Arts de justes doléances
et ne pousse même l'intérêt jusqu'à les dé-
clarer légitimes. Mais le temps passe et rien
ne se fait.

Personne ne sait encore dans quelie mesure
l'idée émise parmi beaucoup d'autres d'uti-
liser l'hôtel Biron en faveur des arts déco-
ratifs est pratique. Le projet demande à être

minutieusement étudié. Mais qu'il ait une
suite ou qu'il n'en ait pas, il y a une vérité
qui demeure et sur laquelle il sera néces-
saire d'appeler l'attention des pouvoirs pu-
blics avec l'obstination mise jadis à réclamer
le déménagement du ministère des Colonies :
c'est que l'Ecole des Arts décoratifs étouffe
là où elle est, c'est que sa situation est
absurde et injuste ; c'est qu'il faut lui trouver
sans retard une installation digne d'elle. Et
si ce n'est pas à l'occasion de l'hôtel Biron
que le problème se peut résoudre, il faudra
que ce soit autrement ; mais on ne peut plus
l'ignorer ni le négliger.

NOUVELLES

Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le dimanche 30 juillet, à Billom (Puy-de-
Dôme), un buste de Guyot-Dessaigne, ancien
garde des sceaux ;

Le même jour, à Trie-Château (Oise), un
monument de Jean-Jacques Rousseau, œuvre
du sculpteur Eélix Greber.

Dernièrement a été aussi inauguré à La
Bassée (Nord) un monument à la mémoire
du peintre Boilly, œuvre du sculpteur Mau-
rice Quef et de l'architecte Jean de Montarnal.

*** Par décret en date du 28 juillet, rendu
sur la proposition du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-Arts, M. Broussan
(Leimistien), directeur du théâtre national
de l'Opéra, a été nommé chevalier de la
Légion d'honneur.

**# Par décret rendu sur-la proposition du
ministre des Affaires étrangères, M. La
Chaise, citoyen américain, artiste peintre, a
été nommé chevalier de la Légion d'honneur.

*** Par arrêté du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-Arts en date du
1er août, M. Albert Carré est nommé direc-
teur du théâtre national de l'Opéra-Comique,
loading ...