La chronique des arts et de la curiosité — 1911

Page: 169
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1911/0179
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
No 22. — 1911. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

3 Juin.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de

l'Union postale)......... 15 fr.

Le 2Sr-u.m.éro : O fr. 25

A partir d'aujourd'hui jusqu'à décembre,
la CHROAIQUE ne paraîtra plus que tous
les quinze jours, suivant l'usage.

Le prochain numéro portera la date du
I "i juin.

PROPOS DU JOUR

eatjcotjp d'artistes étrangers, ve-
nus à Paris afin de compléter
leur éducation et de se mettre à
l'école des maîtres de notre pays,

se trouvent souvent embarrassés pour tra-
vailler dans nos musées. Il leur faut, en effet,
se soumettre à un certain nombre de forma-
lités qui ne sont pas aussi faciles à remplir
qu'elles paraissent. C'est ainsi que, pour ob-
tenir le droit de copier dans nos musées, un
artiste étranger doit avoir une recommanda-
tion de son ambassade. Mais cette recom-
mandation elle-même, au moins pour les
artistes de quelques nationalités, ne s'obtient
pas sans la présentation d'un passe-port et
l'intervention de témoins connus. Pour beau-
coup de jeunes g^ns, arrivés depuis peu à
Paris et dépourvus de relations, il n'est pas
aisé de satisfaire à toutes ces conditions.

On comprend que nos musées aient, d'au-
tre part, le désir de se préserver contre des
demandes indiscrètes et qu'ils aient besoin de
garanties. Il nous est arrivé souvent ici de
signaler l'encombrement de certaines salles
du Louvre par les copistes et de regretter les
inconvénients qui en résultent. Rien n'est
plus légitime, chez l'administration des mu-
sées nationaux, que de prendre des précau-
tions. Et dans un temps où les tableaux sont
si fréquemment menacés par les maniaques
ou les malveillants, on lui ferait un sérieux
grief de donner trop aisément asile à des
inconnus.

Mais n'y aurait-il pas moyen de concilier

les besoins des musées et ceux des artistes
étrangers ? Pour travailler à notre Bibliothè-
que Nationale, les étudiants polonais doivent
simplement présenter une recommandation
de la Bibliothèque polonaise de Paris : le di-
recteur connaît personnellement les étran-
gers qui la fréquentent et ne recommande que
ceux qui sont dignes de recommandation.
Une garantie de ce genre pourrait, semble-t-il,
sans inconvénient être admise par nos mu-
sées en ce qui concerne ces étudiants. Et,
d'une manière plus générale, les grands éta-
blissements scientifiques ou artistiques de
France et de l'étranger faciliteraient le travail
de leurs compatriotes s'ils ne mettaient d'au-
tre formalité à leur hospitalité que la recom-
mandation qu'ils s'adresseraient les uns aux
autres.

NOUVELLES

*** Le chef de saint Martin de Soudeilles,
rendu gracieusement par M. Pierpont Morgan,
et ramené en France cette semaine, vient
d'être déposé au Louvre, dans une des vi-
trines de la Galerie d'Apollon.

**# Par décret en date du 22 mai, la croix
de cimetière, datant du xve siècle, adossée à
l'église' de Longeville (Haute-Marne), est
classée parmi les monuments historiques.

#** La Société des Amis de Versailles, qui
a tenu lundi dernier son assemblée générale
dans une des salles du palais, a offert au
musée de Versailles un magnifique surtout de
table exécuté sous Louis XV pour le service
de Marie-Antoinette, alors dauphine de France.
Ce surtout se compose d'une colonnade de
marbre gris, formée de 12 colonnes et sur-
montée d'un admirable entablement en bis-
cuit de Sèvres, exécuté en 1770, portant avec
les emblèmes du dauphin le chiffre de
Louis XV et les armes de France et d'Autri-
che. Les dimensions sont : 1 m. 82 de Ion-
loading ...