La chronique des arts et de la curiosité — 1911

Page: 145
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1911/0155
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 19. - 1911. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

13 Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de

l'Union postale)......... 15 fr.

Le 3ST\a.m.éro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

^KjprjjNE élection doit avoir lieu dans
oJpïrjt quelque temps à l'Académie des
Beaux-Arts afin de pourvoir au
siège laissé vacant par la mort de
Roty. Il faut souhaiter qu'à cette occasion
l'Académie témoigne son désir de demeurer
fidèle à la tradition selon laquelle la gravure
£n médailles est représentée par deux ar-
tistes, et qu'un médailleur succède au mé-
dailleur disparu.

Il nous est arrivé déjà, lors de l'élection
qui eut lieu en remplacement de Chaplain,
d'expliquer ici les raisons que l'on doit faire
valoir en faveur d'un usage consacré. Il n'est
pas question aujourd'hui plus qu'alors de
considérations personnelles ni de discussions
sur les titres des candidats : c'est un principe
qui est.en jeu. Les médailleurs, par leurs
efforts de renouvellement, par l'originalité et
la beauté de leurs œuvres, ont paru, il y a
déjà longtemps, dignes d'occuper deux places
à l'Institut, comme les graveurs en taille-
douce. A la vérité, ils ne se sont pas montrés,
à mesure que le temps a passé, inférieurs à
•cet honneur. Bien au contraire, il semble que
la gravure en taille-douce soit de plus en plus
vouée à être un art de reproduction, tandis
que la médaille n'a cessé de montrer chez
nous et à l'étranger sa vitalité, sa jeunesse et
sa supériorité.

Il serait intéressant que l'Académie des
Beaux-Arts, dans son ensemble, prît l'habi-
tude, avant la discussion des titres des candi-
dats, de procéder à un examen de leurs œu-
vres. Il est évident qu'une telle méthode est
impossible quand il s'agit de la sculpture, de la
peinture ou de l'architecture. Mais elle ne
l'est pas quand les candidats sont des gra-

veurs. De même que, dans les sections voi-
sines de l'Institut, les candidats rappellent
quels sont leurs ouvrages et sollicitent la
lecture de leur juge, les graveurs pourraient
aisément rappeler ce qu'ils ont créé. Nous
sommes persuadés que nos médailleurs n'au-
raient qu'à gagner à cette tradition et que la
vue de leurs ouvrages ne ferait que rappeler
ce qu'il y a de légitime dans leur réputation.

NOUVELLES

*** Par décret en date du 6 mai 1911, M.
Raymond Kœchlin, président de la Société
des Amis du Louvre, a été nommé membre
du conseil des musées nationaux, en rempla-
cement de M. Maciet, décédé.

**# Deux actes de vandalisme ont été com-
mis mardi dernier au musée du Louvre : un
individu a brisé dans la salle des antiquités
grecques et romaines une statuette d'Escu-
lape, en marbre, de 60 centimètres de haut,
qu'il jeta sur le sol. Auparavant, il avait ba-
lafré d'un coup de rasoir, dans la salle des
portraits, le portrait de Michel-Ange. Heureu-
sement, ce panneau a pu être facilement
réparé. Quant à la statue d'Esculape, qui
n'est d'ailleurs pas très rare, elle sera recollée.

*** Par arrêté du ministre des Affaires
étrangères, en date du 8 mai, M. Chédanne,
architecte de ce ministère, a été révoqué de
ses fonctions.

**# Lundi dernier a eu lieu, au Musée Cer-
nuschi, en présence du ministre de l'Instruc-
tion publique et des Beaux-Arts, l'inaugu-
ration d'une exposition rétrospective d'art
chinois organisée par la Ville de Paris.

**# M. Emile Bourgeois, administrateur de
la Manufacture nationale de Sèvres, vient de
faire remettre à l'Institut, en souvenir du
centenaire de Victor Regnault, un médaillon
loading ...