Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 24.1868

Page: 46
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1868_1/0052
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
D E

L'ENSEIGNEMENT DU DESSIN

l n'y a pas longtemps encore , le des-
sin, considéré en dehors des beautés qu'il
^^^)j^A^| ^oit exprimer dans l'art supérieur, ne
^/ correspondait dans l'opinion commune

qu'à l'idée d'un pur talent d'agrément ;
aujourd'hui, au contraire, l'utilité d'un
enseignement sérieux qu'on peut établir
et propager dans cle grandes propor-
y^ïMJi -J1 tions paraît incontestable. L'initiative
^<JJjJ/ individuelle, déjà exercée avec fruit, dans
l'industrie militante, les vœux exprimés
au nom de l'art par des sociétés savantes, révèlent une préoccupa-
tion croissante des esprits au sujet des moyens qui pourraient rendre
cet enseignement plus accessible à tous , plus fructueux pour quel-
ques-uns; et dans le désir d'en généraliser les bienfaits, on est tout
disposé à rechercher, à accueillir et à mettre en pratique tous les projets
qui peuvent le régénérer, soit par une réduction du temps nécessaire
aux études, soit en donnant à ces études, avec un but supérieur et mieux
défini, une utilité réelle et plus immédiate pour les besoins de nos indus-
tries d'art.

La bonne volonté de tous est immense. Elle se manifeste par l'ouver-
ture successive d'écoles nouvelles, par les subventions, les patronages
et les encouragements qu'elles reçoivent.

Le professorat s'exerce clans de meilleures conditions morales et
matérielles ; son personnel se complète et s'améliore, les épreuves pour
la capacité qu'il exige ont déjà été instituées : perfectionnées, elles se
généraliseront. Les écoles de femmes ont été réorganisées dans le sens
du progrès accompli ailleurs : leur nombre augmente. L'enseignement
loading ...