Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 24.1868

Page: 587
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1868_1/0606
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L'ÉMAIL DES PEINTRES

PAR L. M. CLAUDIUS POPELIN1.

'art de Fémailleur tient le premier
rang dans la série des arts décoratifs
français. Pendant le Moyen-âge il ab-
sorbe la décoration du mobilier reli-
gieux, des autels, des châsses, des
crosses, des pyxides, des tombes elles-
mêmes. A la Renaissance il marque
l'épanouissement de la vie civile; il
orne le dressoir, le coffret, l'enseigne
qui brille au toquet du courtisan. Les
xvne et xviii6 siècles l'amoindrissent

en réduisant les nobles portraits de Léonard Limosin à la dimension des
médaillons de Petitot, en subordonnant au détail des bijouteries les
éclairs vitreux du paillon.

Mais de nos jours des artistes volontaires et bien doués se sont appli-
qués à le faire revivre. Ils vont même lui assurer dans la hiérarchie des
arts du dessin une place plus élevée : alors que les émailleurs limo-
siris se bornaient, le plus souvent, à reproduire des thèmes étrangers
fournis par des gravures, nos artistes contemporains confient direc-
tement à l'émail leurs inspirations originales. Ce ne sont plus des copies
à la douzaine, ce sont des tableaux à un exemplaire qui sortent des
fours. La signature ne sera plus la marque banale appliquée à tous les
produits d'une fabrique et confondant le maître et ses aides dans une
vague indécision. L'industrie se transfigure et devient art absolu. Il
faut noter ce point qui est tout à l'honneur de notre temps.

L'histoire de nos anciens émailleurs est presque faite. M. Léon de

1. Paris , 1866. A Lévy, éditeur. Un volume in-8°, orné de bois dans le texte ; titre
à deux couleurs; papier de fil.
loading ...