Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 24.1868

Page: 102
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1868_1/0108
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
É T U D E S

ET

COMPOSITIONS DE FLEURS ET FRUITS

COURS GRADUÉ POUR L'ENSEIGNEMENT,

par M. CHABAL-D USS UB-GE V,
Peintre à ta Manufacture impériale des Gobelins et de Beauvais1.

Le plus savant de nos peintres de fleurs, celui de
l'atelier duquel sont sortis, depuis vingt ans, les artistes
les mieux armés pour les applications du dessin aux exi-
gences de l'industrie, M. Chabal-Dussurgey, vient de
formuler ses leçons dans une série d'études et de com-
positions de fleurs et de fruits. Ce cours, habilement
gradué pour l'enseignement, offre aux élèves des séries
de formes, de silhouettes, d'effets qui les conduisent sans
efforts apparents des difficultés premières aux combinai-
sons les plus libres. Aux professeurs, il fournit, en même
temps qu'une suite non interrompue d'exemples d'un
goût irréprochable, les éléments d'une esthétique claire,
pratique et féconde. Présentés avec cette sobriété de
détails et avec cette insistance dans le choix, ces fleurs,
ces fruits, ces arrangements, sortent complètement de ces
suites exécutées plus ou moins d'après nature, que l'on
appelait « des matériaux; » et dont la copie ou la vue n'éveillait dans l'esprit que la
satisfaction d'un renseignement cherché et trouvé à heure fixe.

L'enseignement général de M. Chabal-Dussurgey, — dont nous avons été l'élève pen-
dant près de trois ans, aux Gobelins, — est basé sur une étude consciencieuse et intelli-
gente de la nature. Le premier jour que nous entrâmes dans son atelier, ayant grande
envie de nous instruire, mais ayant à désapprendre tout ce qu'on nous avait fait copier au
collège, il nous mit un fusain à la main et nous donna à traduire une simple fleur de
capucine. Cela nous sembla d'une facilité injurieuse. Mais lorsque, s'asseyant à notre
place, M. Chabal nous eut fait remarquer que les pétales s'inséraient aussi strictement que
s'attachent les membres humains; qu'il y avait tels raccourcis aussi hardis et difficiles
à rendre que ceux du bras et de la jambe vus en perspective ; que les masses d'ombre
formaient de larges oppositions aux masses de lumière, noyant les détails sans cepen-
dant les supprimer; que le modelé faisait saillir ou fuir la forme circonscrite par la
silhouette; qu'enfin une fleur avait sa tournure, sa grâce, sa force, sa personnalité tout
comme un être animé; alors, nous comprîmes que l'Art ne consiste pas seulement dans

1. Dépôt à Paris, chez Villeret.
loading ...