Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 24.1868

Page: 280
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1868_1/0290
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE L'HOMMAGE

DU n

TABLEAU DE PAUL VÉRONÈSE

QUE FIT

A LOUIS XIV LA RÉPUBLIQUE DE VENISE

en 1664

e ne serait pas une malencontreuse en-
treprise que celle d'un curieux se mettant
à la recherche des sources authentiques
écrites, relatives à la provenance des
principaux tableaux qui, au xvie siècle,
sous François Ier, et au xvn% sous
Louis XIV, ont formé le Cabinet des
Peintures du Roi. Tel de ces objets d'un
si grand prix, tel de ces beaux ouvrages,
ne sont point arrivés aux mains royales
sans avoir occasionné plus d'un échange
de lettres courtoises entre souverains, nécessité plus d'une instruction
de secrétaire d'État à quelque ambassadeur, exigé enfin plus d'un mé-
moire de surintendant des bâtiments à ses commis et messagers expédiés,
qui en Italie, qui clans les Flandres, qui en Allemagne, au pourchas de
ce grand gibier.

La curiosité — elle est aujourd'hui bien à la mode — aurait sur cet
article toute une campagne nouvelle à faire, campagne que lui a du reste
préparée d'une façon pleine d'attrait le savant marquis de Laborde avec
son livre de la Renaissance des arts à la Cour de France. Gaye et son
Carteggio, Gualandi et ses Memorie, D'Arco et ses Documenti Mantovani,
Sainsbury et son Rubens artist and diplomatist, Dumesniï et ses Amateurs
français et italiens, le bibliophile Jacob et sa Revue trimestrielle, Sensier
loading ...