Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 24.1868

Page: 479
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1868_1/0494
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PIERRE-PAUL RUBENS

PEINTRE DE VINCENT I" DE GONZAGUE, DUC DE MANTOUE

DERNIER SÉJOUR DE RUBENS A ROME

ET SON DÉPART POUR LES FLANDRES1
(1 608.)

Depuis son retour de Gènes, le duc
de Mantoue avait occupé ses loisirs à
ville giare dans les charmantes rési-
dences que, depuis qu'il était souve-
rain, il avait embellies avec un faste
si grand et un goût si sûr. L'examen
de sa correspondance démontre aussi
que, pendant cette année 1607, Son
Altesse avait pris une extrême incli-
nation pour la musique et les paroles
propres à y être adaptées. Peut-être
fut-ce pour justifier son élection récente
à l'Académie florentine des Elevati'2.
Ce qui est assuré, c'est que, malgré sa
lettre à l'archiduc Albert, pendant tout
cet automne, Monsieur de Mantoue pa-
m rut avoir quelque peu négligé son dilet-
tantisme de la peinture pour donner sa faveur à la musique. 11 échange
alors une correspondance fréquente avec des compositeurs de Florence et
de Rome. Un certain Francesco Gini lui envoie des odes; un certain Fran-
cesco Campagnola devient son pensionnaire à Rome pour qu'il y embel-
lisse sa voix, y apprenne la guitare, fréquente viriuosi et virtuose, et lui

4. Voyez Gazette des Beaux-Arts, 1e-r mai 1866, 1er avril 1867 et \ " mars 1868.

2. Archives de Mantoue, E. XXVI. Florence. Lettre des Academici Elevati,
24 mars 1607 : « s'el f'avore che Ella s'è compiaciuta di farne a questa nostra novclla
Accademia, havendo voluto esser ammessa nel numéro de q' Elevati potesse con pa-
role ricever alcun degno ringraziamento, noi... », etc.
loading ...