Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 11.1875

Page: 245
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1875_1/0257
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE

LA FORME

DES VASES

I.

Les créations de l'homme ne sauraient être belles à ses yeux
qu'à la condition d'être conformes aux lois dont la figure
humaine est une vivante image. Il est naturel, en effet, que
l'homme désire retrouver dans les ouvrages humains le carac-
tère de son esprit, qui est la logique, c'est-à-dire un certain
ordre des pensées ; le caractère de son corps, qui est cet ordre que les
Grecs appelaient symétrie et que nous appelons proportion; enfin le carac-
tère de tout son être, qui est la variété dans l'unité, autrement dit l'har-
monie.

En transportant cette triple loi de sa nature, l'ordre, la proportion
et l'harmonie, dans les édifices qu'il bâtit pour les besoins de sa vie ou
qui doivent représenter ses croyances, l'homme a créé l'architecture.
C'est aussi par l'application de ces principes aux ouvrages d'argile qu'il
a créé la céramique.

Mais, tant que les produits de la roue et du four n'ont servi qu'aux
usages journaliers et n'ont été que des ustensiles nécessaires ou seule-
ment utiles, la céramique n'a été qu'une industrie et il lui a suffi, pour
plaire, de la convenance, qui est le juste rapport de la forme avec la
destination de l'objet. Que le vase où l'on devait puiser l'eau des fon-
taines fût commode à soulever et à porter, qu'il pût tenir facilement sur
la tête d'une jeune fille, que la capacité en fût proportionnée aux forces
féminines, il n'en fallait pas davantage. Mais du jour où l'œuvre du
potier a été conçue comme un symbole, du jour où le vase a été imaginé ,
non plus pour un usage domestique, mais pour exprimer une pensée ou
un sentiment, pour devenir un présent d'amitié, un gage d'amour ou un
pur objet de luxe, la céramique s'est élevée au rang des arts, et c'est
alors qu'elle a dû se soumettre aux trois conditions éternelles du beau :
l'ordre, la proportion et l'harmonie.
loading ...