Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 31.1885

Page: 165
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1885_1/0176
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A PROPOS D’ADRIAEN BROUWER.

165

plus simplifiée que celle de Brueghel; la coupe des vêtements, le
style des meubles et des ustensiles accusent une époque posté-
rieure; les types des figures courtes et les longs nez n’ont rien du
vieux maitre flamand; d’ailleurs dans le premier des deux tableaux,
sur une barrique, on distingue non sans peine le monogramme A. B.
en initiales liées. Enfin, un Repas de paysans, à la galerie de Schwerin,
servant comme de pendant au Cabaret, n’a jamais été disputé à
Brouwer. Les mêmes caractères se retrouvent dans le dessin de
M. Van den Bergh dont nous avons parlé, représentant une Danse de
paysans, d’après un tableau de notre maître et qui est peut-être
l’œuvre mentionnée dans l’inventaire de Rubens '.

De la même époque, c’est-à-dire de la première jeunesse, le Pisseur,
souvent cité dans les catalogues de vente, mais qui n’est plus connu
que parle dessin au lavis de Cornélis Dusart, conservé chez M. Habich,
à Cassel, avec cette précieuse indication : AB. pincit. Corn Dusart
fc 1695. Ce tableau, au titre brutal, nous montre une sorte de repas
de noce villageoise, d’un réalisme éhonté, qui égale ou dépasse les
plus libres hardiesses des motifs chers aux maîtres flamands et
hollandais.

L’attribution à Brouwer des morceaux précédents est pleinement
justifiée par leur intime ressemblance avec une œuvre, d’ailleurs
très supérieure, du Musée de Dresde, Pénibles devoirs de père, dont
l’authenticité 11e saurait être contestée. Malgré la vulgarité du motif,
cette curieuse page, remarquable par l’unité de la composition,
l’excellence du dessin, la finesse du ton et la délicatesse de l’expression,
dénote un réel progrès. Chez M. E. Warneck, à Paris, une Danse de
paysans devant une cabane, des gars faisant tourner deux vieilles
femmes aux sons d’une cornemuse, d’un mouvement spirituel et juste,
n'atteint pas cependant à la puissance d’observation des œuvres posté-
rieures; le paysage est de R. Savery, mort en 1629, ou d’Alexandre
Iveirincx avant 1630.

A ces temps de la première jeunesse se rattache toute une série
d’estampes et d’eaux-fortes exécutées par les graveurs hollandais,
d’après de rapides dessins de Brouwer, entre autres, les six feuilles de
mendiants et d’estropiés de S. Savery, et les quatre feuilles de Vischer.

Les dessins de Brouwer ayant servi pour les estampes des Fumeurs

L La même rapidité d’improvisation se reconnaît exceptionnellement dans les
Deux fumeurs de la Pinacothèque de Munich, peints de premier jet sur un pan-
neau non préparé. Les types et les proportions des figures semblent de la jeunesse
de Brouwer; la coloration indiquerait cependant une époque postérieure.
loading ...