Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 31.1885

Page: 472
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1885_1/0492
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
472

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

Adoptant une « opinion moyenne » entre les symbolistes à outrance et les
fantaisistes quand môme, M. Léon Heuzey montre, dans presque toutes les figures
qu’il publie et qu’il décrit, par quel côté elles se rattachent aux anciennes divinités
des rites funéraires, soit que le modeleur l’ait voulu, soit que, subissant les influences
latentes du milieu dans lequel il vivait, il ait- donné à ses figures une signification
traditionnelle dont il n’avait pas conscience. Le fil, parfois bien ténu, qui rattache
les unes aux autres toutes ces figurines, souvent si dissemblables de style et d’aspect,
et qui sert comme de lien entre toutes les descriptions du texte, donne à ce dernier
une unité qu’il n’eût point eue sans cela. Les rapprochements peuvent être spé-
cieux, mais leur ingéniosité même nous plaît, car elle a sa source dans une con-
naissance aussi profonde qu’étendue des anciens mythes, dont l’enchevêtrement
effraie ceux qui veulent en avoir une connaissance même superficielle.

M. Léon Heuzey se disculpe d’avoir employé la gravure pour la reproduction
des figurines du Louvre. Si on lui en a fait le reproche, ce ne saurait être dans un
recueil comme la Gazette des beaux-arts, et, pour montrer qu’il a eu raison, il suffit
de voir les reports typographiques des gravures de M. Achille Jacquet qui accom-
pagnent ces lignes, et par lesquels nous avons cherché à montrer les phases
successives de la représentation de la figure d’une femme debout depuis l’idole
primitive sommaire jusqu’à ce que l’art a produit de plus parfait. Il est impossible,
en effet, de conserver avec plus de scrupule le caractère des originaux, tout en
sacrifiant les accidents, cassures et effritements que la photographie eût accusés
avant tout au détriment de l’ensemble. Malgré l’engouement irréfléchi qui mêle
les clichés photographiques à la typographie, un art où il n’y a que des pleins à
un art où dominent les vides, nous trouvons que M. Léon Heuzey a eu raison d’être
un homme de goût en demandant à M. Achille Jacquet de faire œuvre d’artiste
pour présenter au public les figurines en terre cuite du Musée du Louvre.

ALFRED DARCEL.

Le Rédacteur en chef, gérant : LOUIS GONSE.

SCEAUX.

IMPRIMERIE CH ARAIRE ET FILS
loading ...