Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 31.1885

Page: 528
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1885_1/0549
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
528

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

volontaires qui permettent d’organiser des séances exceptionnelles. Le
fondateurde la Trompette prodiguesans compter son temps et ses rares facultés
d’organisateur: il n’était que juste de le reconnaître par une manifestation
comme celle qui vient d’avoir lieu.

Avant de terminer, je dois exprimer, au nom de beaucoup d’amateurs,
le regret que ces belles soirées musicales soient réservées à quelque privi-
légiés, les invités de M. Lemoine. Je sais que lui-même est assailli de
demandeurs auxquels il lui est impossible de donner satisfaction. Les soirées
de la Trompette sont d’autant plus courues qu’on y entend parfois des ouvrages
écrits, spécialement pour elle, par les compositeurs les plus remarquables de
notre temps : tels le septuor de M. Saint-Saens, une œuvre d’un charme et
d’une originalité vraiment exquises; des morceaux de chant ou des pièces
instrumentales de MM. Lalo, Wormser, etc., sans compter toutes les
productions musicales qu’elle emprunte à l’étranger, comme Tottetto de
Swendsen, le quatuor de Grieg et bien d’autres qui ne me viennent pas
sous la plume. Ne pourrait-on faire que ces intéressantes séances eussent un
lendemain dont profiterai t le grand public? Nous voyons, dans l’organisation
imaginée par M. Lemoine et dans son succès, une preuve évidente qu’il est
possible de créer à Paris des concerts populaires de musique de chambre,
et d’assurer leur réussite par le bon marché et par l’attrait des programmes.
Personne ne nous semble plus apte à les établir sur une base solide que
l’honorable fondateur de la Trompette; nous prenons la liberté de lui recom-
mander de vouloir bien examiner cette question; s’il parvient à la résoudre,
il aura une seconde fois bien mérité de l’art musical et de tous ceux qui
font leurs délices de la culture de cet art.

ALFRED DE LOSTALOT.
loading ...