Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: S
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0019
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Préface au Lecteur."
l'auguste Monument de marbre dont on parle si fort dans tout le monde, qu'on
a descouvert il y a plus de quarante-cinq ans dans une certaine meterie de la
Chine, qui est près deSigahfu, ville capitallede ce célèbre Empire, & qui est
le principal sujet de ce livre, à raison de la Doctrine Orthodoxe qu'il con-
tient que des prestres Chaldéens ont annoncé dans ce mesme pais il y a en-
viron mille ans ou d'advantage ; cette première partie disje donne une claire 8c
parfaite intelligence de tous les caraaeres Syro-Chinois qui sont escrits sur cet
auguste & riche authentique de nostre foy.
La séconde partie fait une naïfve relation de tous les chemins que les pré-
dicateurs de la foy ont tenu pour aller dans la Chine dépuis le glorieux Apo-
stre S. Thomas jusques à nostre temps.
La troisjesme Partie montre evidamment qu'elle est l'origine de tant d'idolâ-
tries qu'il y a dans ces Royaumes essoignés, &traitte enfin des abominables cou-
stumes& des detestables cérémonies qu'ils observent pour le culte de leurs faux
Dieux qui ont beaucoup de rapport aux coustumes rô^MJîÀ©-* des Egiptiens.
La quatriesme Partie traitte des miracles extraordinaires de la nature & de
l'art qui se rencontrent dans le vaste Empire de la Chine, tant par rapport à la
situation, &de la façon de gouverner qu'ont ces peuples, qu'à raison de ce qui
fè trouve dans les trois estats différents de la nature ; sçavoir des minéraux, des
plantes & des animaux,que nos PP. y ont veu.Enfin on y voit une defFence des hi-
stoires,que nos mesmes PP. ont faites contre les cavillations de plusieurs personnes.
La cinquiesme Partie met admirablement bien au jour les beaux ouvrages
de l'Architecture Chinoise , & fait un fidelle tableau des fabriques des mai-
sons, des ponts, des aqueducs, des murs, & de plusieurs autres sortes de basti-
ments inconnus à l'Europe.
La sixiesme Partie descrit enfin la façon désaire des Chinois , & donne fi
dellement la figure de leurs lettres. Desorte que me voyant appuyé de rassi-
stance de ces Pères, j'ay entrepris de faire voir les antiquités & l'origine des
Royaumes Orientaux de l'Asie. Que si tu y découvres quelque advanta£/e
pour la Republique Chrestienne, digne de voir le jour, je te prie de leur en
attribuer entièrement la gloire, comme estant ceux qui m'ont fourny tout ce
queje te prelente maintenant.
Je te diray au reste que mes soins ont tant fait, que nos Pères m'ont mis en
main deuxchosès tres-considerables pour ce livre j la première, ce sont des
Questions que le Serenijfme grand Duc de Tofcam a fait au Révérend Pere
Jean Grubere, dont l'importance est si grande j qu'on peut dire qu'elles don-
nent une très-grande facilité pour comprendre ce que c'est que la Chine :
ainsi, comme j'ay cru que je ne devois pas oublier de mettre icy une chose si
importante pour mon ouvrage, je me suis resolu de les mettre â la fin de ce
volume. Tu n'en trouveras que dix, mais elles sont faites si à propos, & les re-
sponcessontsijustes, qu'elles espuisent tous les doutes qu'on pourroit avoir tou-
chant ce grand Empire.
** 2 La
loading ...