La chronique des arts et de la curiosité — 1910

Page: 196
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1910/0206
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
196

LA CHRONIQUE DES ARTS

mont et Gruber (de Nancy, comme nombre de
verriers), les pâtes céramiques transparentes de
M. D.ium, dont les utilisations pourraient être
féeriques.

Le cristal n’est-il pas d’ailleurs la matière la plus
voisine de l’immatériel ? L’exposition d’œuvres de
Gallé, choisies parmi les plus belles d’un artiste
multiple qui fut avant tout un grand verrier,
prouve avec quelle éloquence il peut traduire les
rêveries d’un poète lorrain. Gallé ne fut pas un
grand créateur de formes ni de décors, mais il eut
un goût exquis, unique (et ses imitateurs le mon-
trent bien) de la matière transformable. A ce point
de vue, les quelques douzaines de vases et de
coupes exposés à Galbera, les cristaux, transpa-
rents comme l’eau, emprisonnant de légères fu-
mées brunes, ou couverts de perles dorées dans le
goût oriental, les pâtes opalisées, jouant par les
épaisseurs, sont de petits mondes où se sent l’âme
vibrante d’un artiste.

Il a ses continuateurs en MM. Dammouse, poète
lui aussi et technicien très expert, en M. Georges
Despret, en M. Ringel d’Illzach, qui semble tailler
ses coupes dans les glaces alpestres. Et pour mon-
trer jusqu’où s’étend l’art du verrier, les pâtes de
verre d’Henri Gros le révélaient associé à celui du
sculpteur, avec cette imagination poétique qui, déci-
dément, est le propre des verriers.

J.-F. SCHNERB.

Académie des Beaux-Arts

Séance du 18 Juin

Prix. — L’Académie des Beaux-Arts a décerné
les prix suivants :

Le prix Maubert, d’une valeur de 4.000 francs :
2.000 francs pour la peinture, à M. Billotey,
grand-prix en 1907; 2.000 francs pour la sculpture)
à M. Biaise, grand-prix en 19C6;

Le prix Berger, d’une valeur de 15.000 francs, à
M. Besnard, pour ses peintures décoratives du
Petit-Palais des Champs-Elysées.

Séance du 25 juin

Concours de Rome. — Par suite d’une indispo-
sition qui n’a pas permis à M. FJament, élève de
M. Ch. Lenepveu, de terminer son travail pour le
concours de composition musicale, les candidats à
ce concours sont actuellement, par ordre de classe-
ment : MM. Delmas, Paray, Gallon, tous trois
élèves de M. Ch. Lenepveu; Delvincourt, élève de
M. Ch. AVidor, et Mignon, élève de M. Ch. Le-
nepveu.

Académie des Inscriptions

Séance du 17 juin

L'enceinte du vieux Paris. — Le préfet de la
Seine informe l’Académie que les fouilles entre-
prises pour la construction d’un passage souter-
rain allant du Palais de Justice au Tribunal de
Commerce et au Métropolitain, station du Marché-
aux-Fleuis, ont permis à la commission munici-
pale du Adieux-Paris de découvrir et d’étudier deux
larges murs d’époque romaine présentant cette

particularité de reposer sur trois lits de grosses
pierres de taille, parfaitement équarries et prove-
nant des ruines de monuments antiques. Ces pierres
de taille examinées ont permis de reconnaître sur
l’une trois charmants petits personnages sculptés,
et sur une autre le tronc d’un guerrier; une
troisième porte une inscription en grandes lettres
de belle époque; il y avait aussi des fragments de
colonnes. Ces murs sont identiques à ceux décou-
verts il y a quatre ans au Marché aux Fleurs. Ils
doivent probablement être attribués à des construc-
tions élevées au voisinage des remparts de fortune
construits autour de la Cité vers la fin du
ive siècle.

Mission en Extrême-Orient. — Le commandant
d’Ollone rend compte des travaux archéologiques
et linguistiques qui ont été faits par lui et ses col-
laborateurs le capitaine de Fleurelle, le capitaine
Lepage et le sous-lieutenant de Boyve, au cours de
sa mission dans la Chine occidentale, le Thibet, la
Mongolie, le pays des Lolo et des Sifan indépen-
dants.

La mission a rapporté, outre 225 inscriptions en
sanscrit, en arabe, en mongol, en mongol phagspa,
en thibétain, en lolo, en chinois, etc., 400 volumes
d’annales locales, la reproduction de plusieurs
groupes de magnifiques monuments souterrains
couverts de sculptures gréco-boudhiques des vie et
vne siècles après Jésus-Christ.

Séance du 24 juin

Fouilles sous marines. — Le directeur du ser-
vice des antiquités et des arts de la Tunisie an-
nonce une nouvelle découverte qui vient d’être
faite à Mahdia : celle d'une statuette en bronze
mesurant trente centimètres de haut, presque com*
plète et très bien conservée. Cette figurine repré-
sente une femme qui danse au son des crotales. Sa
tête est ceinte d’une couronne de lierre. La tête
est énorme, les hanches sont très développées,
tandis que les jambes sont petites comme l’Eros
citharède et la danseuse dont il a été question ces
temps derniers ; elle a été trouvée sous la couche
de bois qui avait arrêté les plongeurs dans leurs
investigations antérieures et que l’on a prise, peut-
être à tort, pour la coque du navire.

L’enceinte clic vieux Paris. — Le préfet de la
Seine annonce à l’Académie les découvertes toutes
récentes qui viennent d’être faites au cours des
travaux auxquels on procède en ce moment pour
metti’e en communication le palais de Justice avec
la station métropolitaine de la Cité.

Dans l’une des assises des murs mis à jour —
dont description complète a été donnée au cours
de la dernière séance — on a trouvé deux pierres
intéressantes. L’une est sculptée et dans un excel-
lent état de conservation; (lie représente trois
personnages : l’un vu de face, l’autre de profil, le
troisième de dos. L’autre pierre porte un fragment
d’inscription. L’une et l’autre ont été déposées au
Musée Carnavalet.

M. de Selves annonce en outre que des mesures
vont être prises par la commission du Vieux-Paris
pour permettre aux archéologues de se rendre-
comptc facilement des procédés de construction
employés dans l’antiquité. A cet effet, dans la paroi
méridionale de la galerie dfàccès du Métropolitain
une niche sera réservée afin de mettre en évidence
l’appareillage de ces murs antiques, qui est de tous
loading ...