L' art: revue hebdomadaire illustrée — 8.1882 (Teil 4)

Page: 127
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1882_4/0159
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Ainsi vont les destinées. (La charrue devant les bœufs.)

n voit, par ce que nous avons dit précédemment, que vingt ou
trente ans après la mort du seigneur de Dunflun arrivée en 1574,
les dessins étaient signalés comme une production de Jean Cousin,
peut-être par l’un des membres de la famille d’Anlezy devenu leur
possesseur et auquel il était facile d’être bien renseigné.

Entre quelles mains est passé le Liber Fortunæ depuis cette
époque ? Je n’ai pu le découvrir, mais ayant eu l’idée d’ouvrir
Y Histoire des Arts publiée en 1810 par l’homme qui, pendant la
Révolution, a sauvé tant de monuments et d’objets précieux, par
Alexandre Lenoir, j’y trouvai le passage suivant qui, malgré ses
inexactitudes, se rapporte indubitablement à notre manuscrit :

« On connaît à Paris un beau manuscrit de Jean Cousin, composé de soixante (lisez : cent)
dessins et d’autant de cartouches, représentant les diverses positions de la Fortune pendant la

Lettre du xvie siècle. Collection Bonnaffé.

1. Voir l’Art, 8' année, tome III, pages 284 et a56, et tome IV, pages 14, 38, 54, 76 et 118.
loading ...