L' art: revue hebdomadaire illustrée — 19.1893 (Teil 2)

Page: 205
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1893_2/0259
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
F I G . I

LETTRE

A M. LE DIRECTEUR DES MUSÉES NATIONAUX
SUR LE DON DE L1 « EXPLORATION FUND »

AU MUSÉE DU LOUVRE
Monsieur le Directeur,

Dans une précédente lettre, je vous ai soumis pour les objets provenant de Bubastis et cons-
tituant le don du Fund, un plan d'exposition qui a soulevé quelques objections par la suite1. Je
dois donc donner des renseignements plus détaillés sur l'étude approfondie qui m'avait conduit à
ce plan.

Ainsi que je vous l'ai dit déjà sommairement, les planches photographiques VI et VII, qui,
dans les ouvrages sur les fouilles de Bubastis, nous donnent l'état de la salle hypostyle 'l au

1. Ce plan ne pouvant, dans tous les cas, être que d'une exécution lente, nous allons provisoirement exposer les objets du Fund avec
les nouvelles acquisitions dans une salle pour laquelle, sur ma proposition, a été adopté un plan d'organisation définitive tout différent. Ce
doit être une salle épigraphique.

2. Dans son deuxième volunie sur Bubastis, M. Naville, qui attribue là à une simple entrée de la salle du côté de l'ouest toutes les
inscriptions qu'il rapportait dans le premier volume aux murs de cette salle, très grande, suivant lui, en vient à se demander si les colonnes
dont il faisait, dans son premier volume, les soutiens de sa fameuse salle hypostyle, ne formaient pas plutôt une colonnade constituant
l'entrée du sanctuaire à l'ouest. Il ne nous a donné, d'ailleurs, aucune des mensurations relatives à la distance des bases des colonnes, bases
qui étaient encore en place et qu'il a déplacées, à la distance des tas de blocs de granit également déplacés par lui, etc., aucun élément de
calcul, en un mot, qui permette de se faire une idée scientifique de l'état du temple, du nombre et de la nature véritable des salles, etc. Les
seuls documents vraiment importants qu'il nous donne à ce point de vue sont les planches photographiques citées par moi dans cette lettre
et qui représentent les ruines de la colonnade au moment des fouilles. Toujours, d'ailleurs, les dimensions qu'il suppose aux salles n'ont
aucun rapport avec l'étendue de l'espace occupé selon lui par les ruines pour les mêmes salles, espace beaucoup plus restreint. Ses attribu-
tions des salles aux dynasties reposent sur des bases tout aussi légères. La seule chose prouvée, c'est qu'il y a eu des travaux à Bubastis
sous l'ancien, sous le moyen et sous le nouvel empire, et qu'en dehors de la salle de Nechthorhib, la reconstruction du temple date des rois
bubastites de la vingt-deuxième dynastie.

Je dois ajouter que ces critiques n'atteignent pas en M. Naville l'égyptologue, que j'ai toujours considéré comme très distingué et que
j'ai même eu autrefois l'occasion de défendre quand il était attaqué. Mais tous les égyptologues ne sont pas archéologues, et, sous ce rapport,
Mariette n'a eu jusqu'ici qu'un seul digne imitateur, M. Pétrie. Que l'on compare dans les publications du Fund les fouilles qui ont été
Tomh LV. 3o
loading ...