Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 9.1874

Seite: 178
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1874_1/0188
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L’ALBUM BOETZEL

SALONS DE 1872 ET 18731

uelques recherches d’histoire et de biblio-
graphie concernant les Salons illustrés
précéderaient on ne peut mieux cette no-
tice ; mais ces recherches ont été faites
ici-même et trop bien faites pour qu’il y
ait à les recommencer. Bornons-nous à
rappeler que « les Salons illustrés, c’est-
à-dire reproduisant les œuvres les plus
remarquables ou les plus remarquées
cl’une exposition, datent de bien plus loin
qu’on ne le pense. Le xvm0 siècle les a connus. Malheureusement il
ne les a pas pratiqués sur une large échelle. C’est surtout à partir
du commencement de l’Empire, c’est-à-dire de la période la plus
glaciaire qu’ait traversée l’école française2, que nous avons des critiques
ornées de gravures nombreuses. Quel malheur que les Saint-Aubin n’aient
pas songé à reporter sur le cuivre les croquis exquis dont ils chargeaient
les marges de leurs livres !... En réalité le crayon, même inhabile, lors-
qu’il s’agit, non pas d’esthétique, mais de la simple délinéation d’une
scène, d’un paysage, d’une architecture, est infiniment supérieur à la
plume la plus experte. Théophile Gautier est vaincu par Epinal. Que de
toiles de Chardin décrites par Diderot sont aujourd’hui méconnais-
sables 3 ! »

L Troisième et quatrième années, en vente chez l'auteur, 23, rue d’Aboukir, à
Paris.

2. La qualification de ce glaciaire » convient-elle à une période qui compte, entre
autres illustrations, Lbuis David, le baron Gros, Lethière, Carie Vernet, Prud’hon,
le baron Gérard. Houdon, etc. ? Nous ne le pensons pas.

3. Gazette des Beaux-Arts, 2e période, t. Il, p.232.
loading ...