Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 9.1874

Page: 352
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1874_1/0366
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES AQUARELLISTES ANGLAIS

CATTERMOLE

out le monde se rappelle le succès qu’obtinrent à
l’Exposition universelle de 1855 les aquarelles de
Cattermole. L’artiste anglais reçut une médaille de
première classe, que ses ouvrages justifiaient hau-
tement. Toute la critique française avait porté le
même jugement, et Théophile Gautier, qui repré-
sentait réellement l’opinion publique à cette époque,
s’est exprimé de la manière suivante : « M. Cattermole occupe depuis
longtemps une place distinguée entre les peintres of water colours, et
cette place, il la mérite. Jamais réputation ne fut plus légitime. Lorsque
beaucoup de ses confrères apportent dans l’aquarelle ce fini de miniature
et ces travaux au pointillé qui font les délices du vulgaire, lui la traite
en artiste, en maître, avec une largeur, une aisance et une hardiesse
rares. Il procède par teintes plates rehaussées de hachures et de quel-
ques points de gouache pour les lumières, et tout cela touché d’une ma-
nière libre et spirituelle qu’on ne saurait trop louer. Quelques-unes des
aquarelles de M. Cattermole, et ce ne sont pas les pires, n’offrent que des
croquis lavés rapidement, où le grain du papier joue son rôle et produit
de charmants effets; la plupart de ces petites compositions sont d’une
gamme harmonieuse et claire qui montre une intelligente étude de Paul
Véronèse et des maîtres vénitiens : les sujets, choisis ordinairement parmi
l’histoire ou la légende du moyen âge, n’ont rien de la roideur gothique
ni du faire minutieux que l’on croit trop souvent devoir adopter lorsque
Ton traite des scènes analogues. »

George Cattermole est né en 1800, à Dickleburgh, village du comté
loading ...