Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 9.1874

Page: 255
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1874_1/0267
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES PAYSAGISTES CONTEMPORAINS

DAUBIGN Y

’est une des, plus sympathiques figures de
l’art contemporain que nous allons essayer
de crayonner aujourd’hui. Fils de Daubigny
(Edme-François), paysagiste de l’école de
Y. Bertin, qui mourut en 1843 ; neveu du
miniaturiste Pierre Daubigny, qui vécut
jusqu’en 1858, Daubigny (Charles-Fran-
çois), né le 15 février 1817, joua, tout
enfant, avec les crayons et le pinceau. Son
et à quinze ans le jeune Daubigny peignait
déjà des dessus de boîtes de Spa et d’autres menus ouvrages dont le
produit payait sa modique pension à la table de la famille. Mais l’amour
de l’inconnu ne tarda pas à tourmenter cette turbulente imagination,
qu’enflammait déjà la pensée de s’élancer vers l’Italie.

Daubigny avait confié ses désirs à un jeune camarade, peintre comme
lui, nommé Mignan, et il n’avait pas eu de peine à les lui faire partager.
Tous deux convinrent d’amasser et de réunir leurs épargnes pour pou-
voir un jour prendre de compagnie le chemin de l’Italie.

Daubigny battit monnaie comme il put en peignant des panneaux de
décoration d’appartements et des ornements dans les salles du musée de
Versailles, qui, à cette époque, était la ressource de tous les artistes en
disponibilité. Pendant toute une année les deux amis redoublèrent d’ar-
deur au travail pour grossir la bourse commune, si bien qu’au bout de
peu de temps ils purent se mettre en route, sac au dos, ivres de soleil et
de liberté.

Daubigny visita Florence, Borne, Naples, parcourant les musées, étu-

père fut son premier maître,
loading ...