Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 9.1874

Page: 464
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1874_1/0483
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES PAYSAGISTES CONTEMPORAINS

DAUBIGNY1

aubigny n’est pas seulement un de nos
plus éminents paysagistes; son œuvre
gravé suffirait seul à lui assurer une ré-
putation durable. C’est vers 1839, au
retour de son voyage d’Italie, que, dési-
reux sans doute de fixer ses souvenirs, il
s’essaya au maniement de la pointe. Il
n’était pas fâché non plus de se mettre
en mesure de satisfaire aux demandes
des éditeurs qui, à cette époque, com-
mençaient à recourir à l’eau-forte sur
acier comme à un mode de gravure à la fois économique, rapide et
résistant. Daubigny fournit en effet à la librairie une série de planches
où, par concession au goût des éditeurs, il emploie les roulettes, passe
des tons et fait les ciels à la mécanique. Mais cela ne retire pas aux
petites scènes dont il a égayé ces livres, et notamment le recueil des
Chants et chansons populaires de la France} le mérite de la composition
et cette grâce aisée et naturelle dans l’arrangement qui semble un des
dons de cette organisation essentiellement prime-sautière.

Aux Salons de 18/i l et de 1845, Daubigny expose un cadre de six eaux-
fortes. Déjà se formait, pièce à pièce, cette charmante collection, si juste-
ment appréciée des amateurs, où le peintre et le coloriste se révèlent à
chaque trait. Ce sont pour la plupart des souvenirs du Dauphiné, du
Morvan ou des îles Bezons. C’est dans cette première série, publiée

Voir Gazette des Beaux-Arts, t. IX, 2e période, page 233.
loading ...