L' art: revue hebdomadaire illustrée — 6.1880 (Teil 1)

Page: 79
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1880_1/0090
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE FRANÇAISE ET ÉTRANGÈRE.

79

leur concours afin de la rendre aussi brillante et aussi complète
que possible. Comme ces œuvres sont aujourd'hui dispersées
dans des collections publiques ou particulières, les recherches à
faire pourront être de beaucoup abrégées par les renseignements
que donneront les artistes, et c'est ce qu'on leur demande.

— La direction générale des Beaux-Arts de Belgique vient
de mettre le comble à ses malencontreuses commandes qui lui
ont fait, dans le monde artistique, un renom des moins enviables,
malheureusement trop justifié par le genre d'œuvres dont elle
encombre le Musée moderne de Peinture de l'Etat à Bruxelles.
Elle a chargé M. Ernest Slingeneyer de l'exécution d'une grande
toile représentant la Prestation de serment du roi Léopold Ier,
en dépit de la Bataille de Lépante déjà commise par le même
artiste, bataille qui obtient un si curieux succès de gaieté au
Musée moderne de Belgique.

— On vient de placer, dans la salle gothique de l'Hôtel de
Ville de Bruxelles, une nouvelle tapisserie sortant, comme les
premières, de la manufacture de M. Braquenié, de Malines, et
dont le dessin a été fourni par le directeur de l'Académie de cette
ville, M. Geets. Elle symbolise la corporation des maçons et a
toutes les qualités de celles qui l'ont précédée dans la magni-
fique salle où elle est posée et où il n'en manque plus qu'une
pour que la décoration soit complète.

— Exposition nationale de iSSo. — Dans un des pavillons
du Champ des manoeuvres à Bruxelles, on se propose de réunir
une galerie de portraits historiques belges. Elle comprendra les
célébrités et notabilités de tout genre qui se sont produites à
toutes les époques avant le xix° siècle : hommes d'Etat, savants,
écrivains, industriels, jurisconsultes, etc. Il est inutile d'insister
sur l'intérêt qui s'attachera à cette exposition, la première de ce
genre qui aura eu lieu en Belgique. Les personnes qui possèdent
des portraits historiques belges peints, sculptés ou gravés, etc.,
et qui consentiraient à les exposer en 18S0, sont priées de se
faire connaître à M. le président de l'Exposition nationale, rue
du Trône, 25, à Bruxelles.

États-Unis. — Le jury du concours international ouvert
pour l'érection d'un monument à Washington dans la ville de
Philadelphie a rendu sa décision. C'est l'esquisse du professeur
Siemering, de Berlin, qui a obtenu le prix. Une somme de
180,000 dollars avait été affectée à l'exécution de l'œuvre cou-
ronnée, mais il paraît que le projet de M. Siemering nécessitera
un supplément de dépense.

— Une nouvelle revue artistique a paru à Boston sous
ce titre : American Art Review. Le rédacteur en chef est
M. S. R. Koehler, assisté d'un comité de rédaction dans lequel
figurent M. C. C. Perkins et le docteur Prime.

Le concours de collaborateurs européens est assuré à ce
nouvel organe, auquel nous sommes heureux de souhaiter la
bienvenue.

— M. Leavitt Hunt, de Brattlebaro, Vermont, prépare une
vie de son frère W. Morris Hunt, l'artiste distingué dont on a
exposé récemment au Musée des Beaux-Arts de Boston l'œuvre
complet, ne comprenant pas moins de 200 tableaux et 121 pas-
tels et fusains.

Grèce. — D'importantes découvertes archéologiques ont
été faites dernièrement à Marathon, près de l'emplacement du
temple de Némésis, où l'on admirait une statue de cette déesse,
œuvre de Phidias. C'est près de là que les Athéniens avaient,
après la destruction de l'armée persane, élevé un trophée à la
Victoire. Les découvertes consistent en bas-reliefs et en statues, j
dont une, de grandeur colossale, est assez bien conservée.

Italie. — Notre éminent collaborateur M. le commandeur
Luigi Mussini, directeur de l'Institut royal des Beaux-Arts de

Sienne et membre correspondant de l'Institut de France, qui a
reçu la commande de deux tableaux pour l'église de Baden-
Baden, vient d'achever l'un d'eux dont voici le sujet : « Cons-
tance, fille de Constantin, depuis longtemps souffrante, ayant
appris qu'à la tombe de Sainte Agnès plusieurs malades ont
retrouvé la santé, se rend avec une suivante aux Catacombes.
Agenouillée devant le sarcophage sculpté où repose la sainte, la
princesse s'assoupit. Sainte Agnès, qui lui apparaît en vision,
entourée d'un nimbe éblouissant qui illumine toute la scène,
l'exhorte à embrasser la foi nouvelle et la guérit. »

Tous ceux qui ont été admis à voir cette page importante
s'accordent à la considérer comme l'œuvre capitale du maître
qui va lui donner pour pendant : <t Le corps de sainte Agathe,
après son martyre à Catania, est transporté par des fidèles de la
ville aux plus proches catacombes. »

Russie. — Correspondance particulière de l'Art. •—■ Les
travaux de l'église construite sous l'invocation du nom du Sau-
veur à Moscou touchent à leur fin, et il y a tout lieu de croire
que ce magnifique monument, dont le plan a été composé par
l'architecte Constantin Thon, et dont la première pierre a été
posée, le 10 septembre 1859, par l'empereur Nicolas, sera inau-
guré pendant les fêtes, qui auront lieu à Moscou, en 1S80, à
l'occasion de la vingt-cinquième année de l'avènement au trône
de l'empereur Alexandre.

Quelques chiffres donneront une idée de ses dimensions
colossales :

Sa hauteur, prise de sa base jusqu'à la croix byzantine qui
le surmonte, est de 111 mètres.

La coupole principale, dorée à l'or fin et flanquée de quatre
coupoles plus petites, a 3 1 mètres 28 cent, de diamètre.

Dans une de ces dernières coupoles, on a déjà suspendu
une cloche du poids de 27,000 kil.

Douze grandes portes en bronze, de 1 1 mètres de haut et
pesant plus de 15,000 kil. chacune, disposées par trois sur cha-
que façade, et orn'ées des statues des saints, donnent accès dans
l'église, que cinquante-six fenêtres, dont le double châssis en
bronze pèse 3,276 kil., inondent d'une vive lumière.

Les matériaux les plus précieux, tels que le jaspe, le por-
phyre, le labrador, etc., et les plus riches mosaïques ont été em-
ployés dans sa construction, et les premiers artistes de la Russie
ont travaillé et travaillent encore à sa décoration intérieure.

Les bas-reliefs qui entourent le monument, et dont les per-
sonnages du premier plan ont 2 mètres 20 cent, de hauteur, ont
été exécutés par Loganofsky, le baron Klott et Romazonou.

Les innombrables peintures disposées sur les parois de
l'église, et dont une des plus remarquables représente la Trinité,
dans laquelle la ligure de Dieu le Père ne mesure pas moins de
15 mètres, sont l'œuvre de Markou, Koschalou, Veretschaguine.
Neff, Siemiradsky, Makousky, Sedou, Bodarevsky, Tvorajuis-
ky, etc.

Le temps et l'espace nous manquent aujourd'hui pour en-
trer dans plus de détails, mais quelque incomplet que soit ce
résumé, il suffira pour faire comprendre qu'une fois complète-
ment terminé dans toutes ses parties, ce splendide édifice sera
une des gloires de l'art contemporain russe.

— On ne se doute guère à Paris que le Journal de Saint-
Pétersbourg a pour correspondante artistique habituelle
Mme Ernest Renan, qui y publie des articles fort intéressants,
témoin une lettre sur la dernière Exposition de Munich, datée
de Paris en septembre dernier.

Suisse. — En attendant la restauration complète de la ca-
thédrale de Bâle, des travaux vont être entrepris pour conso-
lider la maçonnerie extérieure; ils coûteront 250,000 francs.
loading ...