L' art: revue hebdomadaire illustrée — 6.1880 (Teil 1)

Page: 175
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1880_1/0188
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHRONIQUE FRANÇAISE ET ÉTRANGÈRE

France. — L'Académie des beaux-arts, dans sa séance du 7 fé-
vrier, s'est occupée des candidats à la place d'académicien, laissée
vacante par suite du décès de M. de Cardailhac. MM. Choucquet,
Duplessis, du Sommerard, ont écrit à l'Académie qu'ils retirent
leur candidature en faveur du duc d'Aumale.

Dans la même séance, l'Académie a nommé correspondant,
dans la section d'architecture, M. Strohm, en remplacement de
M. Onslow, décédé. Le 3 1 janvier, elle avait élu correspondant,
dans la section de peinture, M. Michel Dumas, de Lyon, pour
remplir la place vacante par suite du décès de M. Swerts.

Le Congrès annuel des sociétés des beaux-arts. — Par
arrêté en date du 28 janvier 1880, rendu sur la proposition du
sous-secrétaire d'État au ministère des beaux-arts, le ministre
de l'instruction publique et des beaux-arts a décidé que la
réunion annuelle des délégués des sociétés des beaux-arts des
départements, à la Sorbonne, aurait lieu à la môme époque que
la réunion des sociétés savantes.

En conséquence, des lectures et des conférences seront
faites par les délégués des sociétés des beaux-arts, pendant les
journées du mercredi 31 mars et des jeudi et vendredi 1er et
2 avril. Les récompenses seront distribuées le samedi 3 avril,
dans la séance générale qui doit être présidée par le ministre de
l'instruction publique et des beaux-arts.

Les travaux officiels. — M. Turquet a eu l'excellente idée
de faire exécuter les bustes en marbre de Rousseau, Troyon,
Decamps, Corot, Daubigny, Diaz, Couture, Millet, etc. Déjà
deux ou trois de ces bustes ont été commandés à divers sculp-
teurs. L'intention est bonne, assurément, mais il faut espérer que
M. Turquet ne donnera pas ces commandes à tort et à travers
aux artistes les plus quémandeurs (ce qui ne veut pas dire les
plus habiles), comme cela a eu lieu pour les bustes de l'Institut,
qu'on est obligé de mettre dans les caves, tant ils sont atroce-
ment mauvais, afin de les soustraire aux regards !

La statue en marbre de Carnot a été également commandée
par le ministère de la guerre à M. L. E. Cougny, sculpteur,
qui, au dernier Salon, exposa la statue de La Quintinie. Le
même artiste doit exécuter un buste d'Edgar Quinet pour le
Collège de France.

Enfin. M. Maximilien Bourgeois a reçu la commande d'une
statue de Guillaume Budé, destinée à la cour d'honneur du même
établissement.

Les missions artistiques. — Parmi les missions accordées dans
sa dernière séance, par la commission des voyages et missions
scientifiques, au ministère de l'instruction publique, nous rele-
vons les suivantes, qui offrent quelque intérêt au point de vue
de l'art :

M. Ch. Cournault devra dessiner dans les principaux musées
de la Suisse, et notamment à Lausanne, les antiquités des âges

du bronze et de la pierre, découvertes depuis deux ans dans les
lacs de Suisse.

M. A. Castan ira en Italie pour y étudier les monu-
ments de ce pays et les comparer aux monuments gallo-romains.

M. D. Kharnay est envoyé dans le Yucatan et à Palenque
pour y photographier et mouler les édifices, bas-reliefs et inscrip-
tions, y entreprendre des fouilles, y recueillir des crânes et sque-
lettes qui manquent à notre Muséum.

Une académie libre des beaux-arts. — M. Ernest Jetot, sculp-
teur, adresse aux artistes un appel pour une réunion organisée
par lui, le dimanche 15 février, à deux heures très précises de
l'après-midi, au théâtre de l'Athénée, rue Scribe, 17, à l'effet de
s'entendre sur les moyens de former une société ou académie
libre des beaux-arts, laquelle société pourra se diviser par sec-
tions. Ces réunions, qui pourront avoir lieu chaque dimanche,
auraient pour but l'étude des questions d'intérêt général, telles
que le règlement du Salon, la nomination du jury, les récom-
penses, les acquisitions, la question du musée du Luxembourg, etc.,
et de soumettre à l'administration des beaux-arts les projets de
réformes qui paraîtraient nécessaires à la majorité.

Les monuments historiques. — Le journal le Siècle citait,
il y a quelques jours, cette inconcevable annonce parue dans le
Times du 13 décembre 1879 :

«A vendre, les matériaux du cloître des Carmélites de Pont-
l'Abbé, bâti en 1383, parfaitement intact, classé comme monu-
ment historique. S'adresser à M. Lesneven, avoué (sollicitor), à
Quimper (Finistère). »

Le comité chargé de veiller sur nos monuments historiques
a-t-il eu connaissance de cette annonce ? Quelle décision a-t-il
prise? Car il est inadmissible que l'administration des beaux-arts
laisse des particuliers, une municipalité, une fabrique, vendre
à vil prix les matériaux d'un édifice « parfaitement intact » et
« classé parmi les monuments historiques ».

Un tel fait, qui a produit un véritable scandale en Angleterre
même, ne prouve-t-il pas combien il est urgent que notre Chambre
des députés vote la loi qui lui a été soumise il y a tantôt trois
ans, et dont le monde artistique attend vainement la discussion ?
En Angleterre, il existe une Society for the protection of ancient
buildings ; c'est elle qui, la première, a été émue de l'annonce du
Times, dont nous parlons, et qui l'a signalée chez nous. Si une
société analogue existait en France, nous n'aurions sans doute
pas le spectacle d'une nation voisine prenant plus de souci de
nos monuments que nous le faisons nous-mêmes, et nous donnant
des leçons de patriotisme.

L'art dans les cercles. — Le cercle artistique de la place
Vendôme a ouvert le 9 février son exposition annuelle de
peinture et de sculpture, à laquelle prennent part, comme on
sait, exclusivement les membres de l'association. Les œuvres,
loading ...