L' art: revue hebdomadaire illustrée — 6.1880 (Teil 1)

Page: 320
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1880_1/0352
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
COURRIER

DES MUSÉES

XXXV

Musée de Clermont-Ferrand. — Dans la livraison de l'Art
du 11 janvier, page 47, nous avons inséré une communication
de M. Vcrsepuy, conservateur du musée de Clermont-Ferrand,
relative à la découverte d'une pièce de monnaie que plusieurs

numismates distingués croient complètement inédite. C'est un
denier de Lothaire frnppé à Clermont.

M. Versepuy a mis à notre disposition une photographie de
la face et du revers de ce denier. Nous en avons fait faire une
reproduction que nous sommes heureux de pouvoir mettre sous
les yeux de ceux de nos lecteurs qu'intéresse cet ordre de ques-
tions.

Création d'un musée à Agen. — La ville d'Agen vient de
constituer, dans un vieil hôtel du xvi° siècle ayant appartenu au
maréchal d'Estrades et au consul de Vaurs, un musée qui, bien
que peu considérable encore, n'en constitue pas moins un excel-
lent début. Deux grandes salles, sur douze qu'il comprendra,
sont terminées et occupées, l'une, au rez-de-chaussée, par des
statues antiques, des chapiteaux, des fragments de sculpture de
toute espèce, des inscriptions romaines, gallo-romaines ou du
moyen âge. L'autre salle, au premier étage, contient des tableaux.

Le local a été fourni par la ville, et c'est une société parti-
culière, composée de tous les amis des arts, à quelque parti
politique qu'ils appartiennent, qui, au moyen de dons et de coti-
sations, a fait restaurer les bâtiments et a réuni les objets d'art
nécessaires. Elle a pris le nom de Société du Musée, et chaque
membre paye une cotisation annuelle de 12 francs. C'est là un
exemple excellent, tout à l'honneur de l'initiative privée. Sans
être somptueux, le musée ne manquera pas d'être intéressant.
On y voit dès maintenant la belle statue trouvée au Mas et que
le Conseil général a acquise au prix de 4,200 francs ; de superbes
tombeaux, une cheminée romaine d'un modèle rare, et, parmi
les toiles de la galerie de peinture, un Greuze, un ravissant
Subleyras, deux Largillière, de bonnes copies du Saint Jean de

Raphaël et de la Madeleine du Corrège, provenant de la collec-
tion du duc de Richelieu, au château d'Aiguillon, etc.

Musée des arts décoratifs. — L'exposition du musée des
arts décoratifs sera ouverte au Palais de l'Industrie le 10 avril
prochain. Elle comprendra, comme nous l'avons dit, une très
remarquable exposition de dessins d'ornement et de décoration
par les anciens maîtres, exposition préparée sous la direction de
M. le marquis de Chennevières, président du musée, par
MM. Dreyfus et Ephrussi, et qui sera le pendant de celle qui a
été organisée l'an dernier à l'École des beaux-arts. On y verra
des œuvres de toute beauté, empruntées aux collections de
MM. le duc d'Aumale, Destailleurs, Bérard, Lesoufaché, de
Concourt, le comte de la Beraudière, Odiot, Beurdeley, etc., etc.

En outre cette exposition contiendra l'intéressante et belle
collection de céramique et de verrerie de M. P. Gasnault; des
séries de tapisseries du xve au xvm° siècle, des éventails, depuis
le xvi" siècle jusqu'à nos jours. Une salle sera consacrée à l'his-
toire du tissu; elle sera formée avec les collections entièrement
complètes de MM. Dupont-Auberville, Gay, Escossura, Gou-
pil, etc. Enfin, on verra une vitrine très curieuse, renfermant la
collection de boutons artistiques de M. le baron Perignon.

L'exposition sera officiellement inaugurée le 9 avril; elle
restera ouverte pendant le Salon et une porte de communication
permettra aux visiteurs d'aller au musée des arts décoratifs sans
sortir du palais. Les salles seront éclairées le soir à la lumière
Jablochkoff.

— L'Exposition des œuvres de Viollet-le-Duc sera prochai-
nement ouverte dans une des salles du musée de Cluny. Elle
comprendra l'œuvre complète du célèbre architecte. Une grande
partie des dessins du maître est déjà encadrée et va prendre
place sur les parois de la nouvelle salle, aménagée pour cette
solennité. Plusieurs épines divisant le milieu de la place, et
deux meubles à volet sont destinés à recevoir les dessins de
moindre dimension ; mais l'œuvre originale est si considérable,
qu'on sera obligé de classer dans les cartons une foule de cro-
quis, d'esquisses et de projets qui ne pourraient être exposés. La
commission chargée d'organiser cette intéressante exposition
en a fixé l'ouverture au 18 avril prochain.

— Le tableau que M. Philippe de Saint-Albin a légué à la
Comédie-Française, Molière lisant Tartuffe che^ Ninon de
Lenclos, de Monsiau, a été exposé au Salon de 1802, et popu-
larisé par la gravure au burin de J. L. Ancelin.

Il a figuré aussi au Musée Molière, que M. Georges Monval,
l'archiviste de la Comédie-Française et le fondateur du journal
le Moliériste, a organisé pour M. Ballande, à la salle Ventadour,
en mai 1875.

Le Directeur-Gérant : EUGÈNE VÉRON.
loading ...