Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

L' art: revue hebdomadaire illustrée — 14.1888 (Teil 1)

DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.25872#0113

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
LETTRES D’ARTISTES

ET D’AMATEURS'

UNE LETTRE INÉDITE DE NICOLAS MIGNARD


Nicolas Mignard, dit d’Avignon,
était le frère aîné de Pierre
Mignard, dit le Romain2, le peintre de la Gloire,
du Val-de-Grâce. Né à Troyes en i6o5, mort à -gr
Paris le 20 mars 1668, vingt-sept ans avant son h - ^
frère, qui l'a complètement éclipsé, il était loin d’être sans mérite. « Il avait, dit Roger de
Piles, assez de parties dans la peinture pour se tirer aussi bien que lui du nombre des
peintres ordinaires. Il fit quantité de portraits, mais son talent était plutôt pour les His-

toires. Il inventait ingénieusement et se plaisait à traiter des sujets poétiques. Le feu de son
imagination était pourtant médiocre, et il compensait cela par une grande exactitude et une
grande propreté dans son travail3. »

Je ne crois pas qu’on ait publié jusqu’ici beaucoup de lettres de Nicolas si même on en
a imprimé une seule. L’original de celle que nous donnons ici, et que nous croyons inédite,
est conservé dans la collection d’autographes du musée Calvet, à Avignon ; nous en devons la
copie à l’obligeance du savant conservateur, notre ami M. A. Deloye. Adressée à une personne
de Provence dont le nom nous est inconnu, elle offre des particularités assez intéressantes.

f ïïm

1. Voir l’Art, 9° année, tome III, pages 41,61, 134, 141, 180, 199, 216 et 261 ; io° année, tome II, page 138 ; 11e année, tome I
pages 102, 192 et 225, et 120 année, tome Ier, page 106.

2. Nicolas avait séjourné longtemps à Avignon, où il s’était marié. Pierre avait passé près de vingt-deux ans à Rome, où il avait
aussi pris femme.

3 Abrégé de la vie des [peintres, page 490. Voyez aussi la notice que Félibien lui a consacrée dans ses Entretiens sur

la vie des peintres, in-40, tome II, pages 488-508. Il nous

ÎM


apprend que Nicolas Mignard peignait de la main gauche.


--

...

a®**

ïfayS'/ie3,iljlJET Ouo.jJC )


Tome XLIV.

'4
 
Annotationen