Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

L' art: revue hebdomadaire illustrée — 14.1888 (Teil 1)

DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.25872#0205

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
A PROPOS DE DEUX TABLEAUX DU MUSÉE DE PAU

ATTRIBUES A P. P. RUBENS

Le Musée de Pau, quoique de création récente, puis-
qu’il ne fut fondé qu’en 1S64, grâce à l’initiative de
M. Ch. Le Cœur, qui en est encore le conservateur, ren-
ferme, sans parler des œuvres contemporaines dont le
nombre s’accroît chaque jour, quelques toiles remar-
quables des écoles anciennes, provenant surtout de la
collection La Caze. M. La Caze était Béarnais ; son testa-
ment stipula qu’une partie importante de sa galerie serait
attribuée au Musée de Pau.

Ce fonds s’est augmenté, l’an dernier, de deux tableaux
attribués à Rubens, qui méritent un sérieux examen. Ils
ont été donnés par Mme la duchesse de Pastrana, en
mémoire du feu duc, son mari, qui, depuis plus de vingt-
cinq ans, résidait l’hiver à Pau, où il mourut en 1886,

après avoir été, pendant de longues années, membre de la
commission du Musée et du comité de la Société des Amis
des Arts dont il fut l’un des fondateurs, en 1863.

Ce sont deux grands panneaux de im,25 de large sur
im,o5 de haut, d’une conservation parfaite, aussi frais et
aussi lumineux qu’au premier jour, ce qui n’est guère
étonnant, le climat de Madrid convenant à merveille à la
conservation de la peinture.

Les sujets sont tirés de VIliade : l’un est Thétis rece-
vant de Vulcain les armes d’Achille ; l’autre, le Combat
d’Hector et d’Achille. Tous deux ont sur les côtés deux
cariatides enserrées dans une gaine, et, à la base ainsi qu’en
haut, différents ornements formant encadrement.

Vulcain présente à la déesse, accompagnée d’une sui-

Combat d’Hector et d’Achille.

Croquis de Paul Lafond, d’après le tableau erronément attribué à Rubens. (Muse'e de Pau.)

vante et d’un enfant, le bouclier destiné à son fils. Der-
rière l’époux de Vénus se voit un ouvrier portant une
armure complète. A droite, au second plan, la forge et
deux solides ouvriers levant le marteau prêt à frapper l’en-
clume; à gauche, la mer; un triton tend les mains vers un
enfant ailé qui lui présente un casque empanaché. Tous
les personnages sont nus, à part quelques draperies jetées
de ci ou de là.

Dans le Combat, Achille, encouragé par Minerve qui
plane dans les airs, se précipite sur Hector à demi ren-
versé et lui enfonce sa lance dans la gorge. Le héros
troyen essaye en vain de se défendre. Les deux guerriers
sont revêtus de la cuirasse, armés de boucliers et portent
sur la tête le lourd casque à large visière et à grand panache.
Dans le fond, à droite, les murailles d’Ilion avec Andro-

maque et son fils Astyanax, et ses suivantes pleurant sur
les remparts; en bas, les compagnons du fils de Priant
veulent le secourir; à gauche, des chevaux blancs retenus
par des soldats grecs.

Les cariatides des côtés sont différentes dans chaque
tableau ainsi que les attributs de la base. Dans le Combat
d’Hector et d’Achille, elles représentent : à droite, Mars
casqué et l’épée suspendue à l’épaule ; une pique et une
lance sont appuyées contre le socle; à gauche, Hercule
couvert de la peau du lion de Némée, avec sa massue et,
au pied de la gaine, le serpent qu’il étouffa au berceau. Au
bas, deux cornes d’abondance renversées et deux coqs se
déchirant. Pour l’autre sujet, c’est, à droite, Jupiter et son
aigle; à gauche, Junon et son paon; pour attributs, une
enclume, des marteaux, pinces et étaux.
 
Annotationen