L' art: revue hebdomadaire illustrée — 14.1888 (Teil 1)

Page: 119
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art1888_1/0143
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DIXIÈME EXPOSITION DE LA SOCIÉTÉ D’AQUARELLISTES FRANÇAIS. n9

de boîtes de confiseurs et des gobe-mouches transatlantiques; MM. X., Y. ou Z., savoir moins
que jamais dessiner, composer, modeler et peindre ; vingt autres se présenter la cervelle invaria-
blement vide de toute idée.

Je n’ai voulu aller voir tout cela que peu de jours avant la clôture, afin de pouvoir examiner
chaque œuvre bien à l’aise. Il y avait foule, toujours foule. A force de recevoir des coups de
coude, à force aussi d’en donner, j'ai réussi à voir la peinture, mais ai dû renoncer à la
sculpture ; si j’avais eu le malheur de m’arrêter quoique temps devant un buste ou une statuette,
j’eusse été si bien bousculé que j’eusse couru grand risque de renverser l’un ou l’autre socle et
l’œuvre qu'il supportait.

Tout compte fait, il y avait sérieusement à signaler M. Ét. Moreau-Nélaton, -— une espé-
rance; — M. François Flameng, — pour un aimable portrait de femme; — M. Henri Dumont,
dont l'Étude promet; deux portraits de femme de M. Roll, bien qu’ils n'ajoutent rien à ce que

Coin de village au soleil.

Dessin d’Edmond Yon, d’après son aquarelle. (Dixième Exposition de la Société d’Aquarellistes français.)

l’on sait de l'artiste; un paysage de M. Français; le Fine oclock tea, de M. L. Doucet, qui y
témoigne d'une note originale; la Bretonne, de M. Dagnan-Bouveret; une œuvre personnelle
et tout à fait intéressante de M. Jean Béraud : Portrait de M. H. A. M. et de ses fils, et
surtout — et par-dessus tout, dirait excellemment M. Béraud, — les deux envois du maître qui,
avec M. Gustave Moreau, honore le plus aujourd'hui l'école française. Pureté et style du dessin,
puissance du modelé, caractère de la pose, distinction du ton, telles sont les qualités d’élite qui
se rencontrent au plus haut degré dans le Portrait de Mme A. de B., de M. Élie Delaunay, et
qui faisaient, ainsi que sa séduisante petite fantaisie : Sous les Valois, les délices des seuls
raffinés.

Le vulgaire — gens du bel air ou non — ne s’y arrêtait pas, je vous le garantis, et ce
n’est jamais là qu'il prenait plaisir à marcher sur les pieds du voisin.

Il va sans dire également que les bons petits camarades, voyant du plus mauvais œil la
grande allure du Portrait de Mme A. de B., avaient en vain cherché à atténuer son écrasante
supériorité en plaçant le plus désavantageusement possible cette peinture magistrale.
loading ...