Journal de la marbrerie et de l'art décoratif: bimensuel — 1.1903-1904 (Nr. 1-28)

Page: 74
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/journal_marbrerie1903_1904/0085
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
74

kfi pEJVfDUIîE EJ\f

Bien peu de personnes se doutent de l'im-
portance de l'industrie de la pendule en
marbre, et bien peu savent que le monde
entier est tributaire pour cet article de la
France pour les trois quarts et de la Belgique
pour le quart restant.

L'habileté véritablement prestigieuse des
ouvriers marbriers de la région du nord a
fait que cette fabrication est actuellement
localisée,sans concurrence possible,dans trois
centres rapprochés, voisins de la petite ville
de Maubeuge, dans le département du Nord.
Deux de ces centres, Bellignies et Cousolre,

la concurrence aux nôtres. Il a fallu, naturel-
lement, plusieurs générations pour arriver à
de tels résultats et ils résultent tellement de
l'éducation ouvrière, que les salaires n'ont
cessé de progresser, en même temps que les
prix unitaires de la façon des pièces de pen-
dules diminuaient.

Les trois centres cités ci-dessus produisent
annuellement environ 250,000 garnitures
d'une valeur moyenne de 15 francs pour la
partie « marbre » seulement. Us fournissent
la pendule en marbre au monde entier et
aucun droit protecteur n'a pu jusqu'à présent

Candélabre, hauteur 34 c/m. Garniture En

Hauteur 3o c/m., largeur 29

se trouvent en France ; le troisième, Rance, est
en Belgique.

Quand on sait qu'une garniture de che-
minée, composée de 3 pièces, de modèle
naturellement très simple, arrive à ne coûter
que 5 à 6 francs, sans le mouvement d'horlo-
gerie, quand on sait que la main-d'œuvre
n'entre dans ce prix que pour un peu plus du
quart, on comprend qu'il vienne difficilement
à l'esprit des industriels étrangers de chercher
à éduquer des ouvriers spéciaux pour faire

pire n« 2202 Candélabre, hauteur 34 c/m.

c/m. (Voir prix page 159.)

créer nulle part une concurrence. On leur
achète la pendule, ou bien on s'en passe en
la remplaçant par des pendules en bronze, en
bois, en porcelaine, etc., etc.

Or, l'industrie de la pendule en marbre
périclite depuis quelques années d'une ma-
nière inquiétante. Comment des industriels qui
possèdent un monopole aussi absolu laissent-
ils amoindrir leurs affaires de pareille façon?

C'est ce que cherche à nous expliquer un
journal local : le Courrier populaire, publié à
loading ...