Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 125
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0134
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ART GREC AU TROCADÉRO.

125

de deux trous pour les yeux (TttpixeçaXaia auXâmç), qu’au moment du
combat on rabattait sur la figure, et qu’en temps ordinaire on portait
levé, de manière à laisser la face à découvert. La cuirasse, ses bretelles
et ses franges étaient ornées de damasquinures qui ont en grande partie
disparu ; au-dessus du sternum était sans doute un masque de Gorgone,
et sur l’abdomen ainsi que sur les cnémides courent des rinceaux d’ar-
gent. La pose du guerrier est aisée et naturelle, en même temps que
digne et noble. Le modelé est large et simple; la tête surtout, levée et en
mouvement, est d’un superbe caractère. L’ombre du casque et les épais-
seurs sommairement massées de la barbe concentrent l’attention sur la
partie expressive du visage, sur les yeux profonds et pleins de pensées,
le nez ferme et droit, les joues martelées par les fatigues subies, et la
bouche entrouverte sous une moustache fièrement tordue. En regardant
la photographie de ce bronze, il faut un effort pour se rappeler que c’est
une statuette de moins de 25 centimètres, et non pas une statue.

O. RAYET.

(La suite prochainement.)
loading ...