Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 327
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0341
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1878

LA SCULPTURE1

(deuxième et dernier article )

a richesse du présent, les promesses
de l’avenir ne doivent pas nous faire
oublier de compter encore dans les
rangs des sculpteurs français ceux qui
viennent de disparaître, en laissant
de côté Rude et David d’Angers,
morts depuis assez d’années pour ap-
partenir au passé et relever désormais
de la postérité.

Perraud n’avait pas, comme eux,
l’invention et la fécondité, mais c’était
un sculpteur consciencieux, amoureux de l’élévation de la forme, plus
masculin que féminin, et chez lequel le morceau contribuait à l’accent
et à la tournure. Son bas-relief des Adieux; dont la disposition ne fait
que reprendre en le grandissant le thème antique des stèles funéraires
de la Grèce, donne bien au Champ de Mars la mesure et la hauteur de
ce talent sérieux et un peu étroit. L’inspiration n’en est que tradition-
nelle, mais la personnalité s’y marque partout par l’étude serrée de la
forme, par l’habileté du ciseau qui arrive à la gravité et à la grandeur,
et surtout par le calme d’un aspect vraiment monumental. Il sera beau
dans un musée, il serait plus à sa place dans un édifice avec la reculée et
le cadre de l’architecture; c’est là une qualité rare qui en montre bien
la valeur.

1. Voir Gazette des Beaux-Arts, 2e période, t. XVIII, page 31.
loading ...