Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 1070
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/1098
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES LIVRES D’ART

AU CHAMP DE MARS

'VHr es diverses branches de Part offrent un tel attrait et

I sont empreintes d’un tel charme, que toujours il

s’est trouvé des groupes d’hommes érudits et dis-
tingués, dont la plus chère occupation a été de les
freppF étudier et d’en discuter les bases, les origines et
l||j|| jg les développements. Dans le monde ancien, ces
préoccupations généreuses apparaissent à chaque
pas, et l’imprimerie ne comptait pas un siècle
d’existence que déjà en Italie, en Allemagne et en
France, deux architectes éminents, un peintre de mérite et un dessina-
teur de génie, Palladio, Vasari, Dürer et Androuet du Cerceau, pour
ne citer que ceux-là, avaient doté la société de précieux livres d’art
qui, chacun dans leur spécialité, font encore autorité parmi nous et
seront toujours consultés avec fruit.

Depuis lors, Sandrart, Karel van Mander, le notaire de Bie, Mariette,
Houbraken, Algarotti, Diderot, Winckelman, Raphaël Mengs, Descamps
et vingt autres, par des ouvrages de valeur diverse et d’importance iné-
loading ...