Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 398
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0413
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION UNIVERSELLE

LES ÉCOLES ÉTRANGÈRES DE PEINTURE1

(suite).

l’italie

rès épris cle singularités et de raffine-
ments ; curieux par delà l’outrance des
virtuosités de l’exécution ; doué au sur-
plus des plus délicates aptitudes aux habi-
letés et aux prestesses de l’outil et porté,
par conséquent, à s’en exagérer le mérite
dans le rendu de la forme, ou dans l’ex-
pression de la couleur, l’art italien, dont
le réveil date encore d’hier, traverse visi-
blement une période d’hésitation, d’in-
certitude et de trouble.

Mais, tandis que cet art tâtonne, s’interroge et cherche, comme à
l’aventure, à débrouiller son avenir, il y aurait, ce semble, plus que de
la témérité à vouloir, d’après ses envois au Champ de Mars, formuler des
augures, encore moins des arrêts, que l’œuvre de demain pourrait si
aisément contredire.

N’est-ce donc pas déjà, en soi, quelque chose cl’étonnant que l’Italie,
sollicitée et comme opprimée par tant d’imposantes traditions, ait su en
éviter le dangereux écueil et rester franchement de son temps? Plus
judicieuse et moins empressée à fulminer ses plus sévères pronostics,

U Gazette des Beaux-Arts, 2e période, t. XVIII, p. 196.
loading ...