Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 792
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0816
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES

INDUSTRIES D’ART AU CHAMP DE MARS

ni.

LES MEUBLES

’est avancer aujourd’hui une vérité deve-
nue banale, tant elle est indiscutable pour
la science et démontrée par les faits,
d’écrire que le mobilier d’un peuple peut
être considéré comme l’expression sincère
et tangible de son tempérament et de son
génie particuliers. Chaque époque de son
existence se trouve nettement caractérisée
par la physionomie originale des objets
qu’il a créés pour la satisfaction de ses
besoins, de ses goûts, de ses fantaisies et
de ses caprices. Le sentiment de l’harmonie est inné dans l’homme, quel
que soit l’état de sa civilisation. Il aime à trouver partout un reflet de sa
personnalité, et sa préoccupation constante, autant en vertu de ce sen-
timent que par instinct de domination, est de l’imprimer profondément
sur toutes choses.

L’examen attentif de l’art industriel et surtout du mobilier d’un
peuple est donc, pour arriver à le connaître et à le juger sérieusement,
un moyen aussi sûr et aussi rapide que l’étude de son histoire; et c’est,
bien souvent, moins dans la conception de telle théorie sociale et poli-
tique, dans l’application de tel système religieux que dans les productions
artistiques, dans la manière de se vêtir ou de se loger, que l’on trouve
des renseignements précis sur son caractère et son génie.

Pour les périodes de création, du Moyen Age à la Restauration, les
analogies entre le mobilier et le caractère national sont évidentes, et il
serait facile d’écrire des pages entières de parallèles piquants et curieux
loading ...