Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 719
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0743
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION UNIVERSELLE

AQUARELLES, DESSINS ET GRAVURES

(deuxième et dernier articleI

II.

N 1867, l’article que M. Philippe Burly
écrivait dans la Gazette, à propos des
gravures exposées, commençait ainsi :
« Rien ne démontre mieux la fin pro-
chaine et irréparable de l’art de la gra-
vure qu’une visite dans les galeries des
Beaux-Arts à l’Exposition universelle.
Lorsqu’on aura interrogé toutes les sec-
tions, parcouru toutes les rues, voyagé
tout autour de ces compartiments qui
fragmentent l’espace comme les alvéoles divisent un gâteau de miel, il
restera acquis que le monde se désintéresse de la gravure sur métal,
que l’eau-forte succède au burin, que la lithographie agonise, que le
bois est en péril, que le « procédé » tend à supprimer le burin, l’eau-
forte, la lithographie et le bois, et que l’agent provocateur de ces
menées révolutionnaires, c’est, directement ou indirectement, la pho-
tographie. »

Ces paroles chagrines sont de mise aujourd’hui comme elles l’étaient
il y a onze ans, et cependant convenons que le mal signalé par notre
confrère, si compétent en ces matières, n’a pas empiré sensiblement
depuis cette époque; au contraire, il semble que la gravure ait repris
quelques forces : l’intéressante malade ne veut pas mourir. Je serais

1. Gazelle des Beaux-Arts, 2e période, t. XVIII, p. 634.
loading ...