Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 143
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0152
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE PORTRAIT DE DOM GUÉRANGER

ABBÉ DE SOLESMES

PAR M. GAILLARD

A quelque opinion que l’on appartienne, et
malgré que l’on fasse volontiers intervenir les
questions cle partis dans les questions de per-
sonnes, on sera obligé de reconnaître que l’Abbé
de Solesmes est une des hautes et curieuses
figures de ce temps-ci. Il eût été profondément
regrettable qu’un souvenir tangible, et en quel-
que sorte vivant, de sa personne ne fût pas con-
servé. Dom Guéranger , comme ses illustres
parents Bossuet et Fénelon, devait revivre sous le burin inspiré d’un
graveur. Les Pères de Solesmes ont eu l’heureuse pensée de s’adresser
au talent jeune, personnel, ardent et passionnément chercheur de
M. Gaillard. Ils ne pouvaient mieux choisir, et ils se sont véritablement
honorés en choisissant ainsi. L’auteur du Comte de Chambord, de
Pie IX, de Y Homme à V œillet et de la Tête de cire, avait seul peut-
être les qualités multiples qui lui permissent d’attaquer avec succès cette
tête puissante de soldat chrétien, de grand serviteur de l’Église, et de
lutter avec toutes les clilficultés qu’elle présentait. C’est le résultat de
cette âpre lutte de l’artiste que nous soumettons aujourd’hui au juge-
ment de notre public. La Gazette s’intéressait d’avance à cette œuvre
nouvelle de M. Gaillard ; elle n’a rien négligé pour en assurer la primeur
à ses lecteurs. Elle a, du reste, été favorisée dans son désir par les
Pères de Solesmes, auxquels elle s’empresse d’adresser ses plus chaleu-
reux remercîments.

Nous nous permettrons de dire quelques mots, — trop brefs, à notre
loading ...