Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 769
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0793
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LA GALERIE ORIENTALE DU TROGADÉRO

A. MONSIEUR CHARLES SCHÉFEll

DIRECTEUR DE L’ÉCOLE DES LANGUES ORIENTALES

Mon cher ami,

Vous souvenez-vous d’une visite que je vous
fis, il y a quelque vingt ans, au retour d’un de
vos voyages en Syrie? Pour moi, je ne l’ai pas
oubliée. Vous reveniez de Damas et vous rap-
portiez avec votre précieux manuscrit de Yahia
ben Mahmoud, le peintre arabe de Wasseth, les
premières pièces de cette collection orientale qui,
le temps aidant, devait devenir un musée. Par
une de ces bonnes fortunes qui n’arrivent qu’aux gens de goût, que
dirige dans leurs recherches le savoir le plus varié et le plus sûr, vous
aviez mis la main sur les plus belles œuvres de ces ouvriers arabes de
la damasquinerie, de la verrerie et de la faïence, de ces maîtres
dont l’habileté fut si grande qu’elle fit d’une industrie un art véritable.
Vous pressentiez la place que devait bientôt prendre dans les cabinets
d’amateurs des monuments d’une ornementation si capricieuse, d’une
exécution si délicate : vous aviez raison, et les curieux de notre époque
ont singulièrement réparé l’oubli des curieux d’autrefois. Qui s’était
inquiété des arts musulmans, qui avait pris garde à ces objets de
laiton, de verre ou cl’ivoire, chargés de légendes, d’un goût charmant,
il est vrai, mais d’un déchiffrement si difficile? C’était affaire de savants.
Les savants eux-mêmes ne s’en étaient pas bien mis en peine. Pour-
tant M. Reinaud les avait, le premier, étudiés dan° son livre sur le
Cabinet de M. le duc de Blacas. Plus tard l’abbé Lanci (Trattato delle
simboliche rappresentanze Arabiche) décrivit à son tour les pièces
qu’il lui avait été donné de voir à Bologne, à Florence, à Pise, à Venise

XVIII.— 2® PÉRIODE. 97
loading ...