Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 768
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0792
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
768

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

plat ou de l’assiette représente une planche de bois, sur laquelle semble
mal collé un papier peint d’un paysage.

Il faudrait citer, enfin, les nombreuses fabriques de Paris : celle de
la Courtille, fondée en 178/t ; celle de la rue du Petit-Carrousel, en 1775 ;
celle du faubourg Saint-Lazare, en 1769; et celle de la rue de Crussol,
en 1789.

Cette sèche nomenclature serait encore bien incomplète; mais il est
juste d’ajouter que tous ces produits, pour la plupart, pèchent par l’im-
perfection, et n’ont d’intérêt que parce que les ateliers d’où ils sont
sortis n’existent plus.

Parmi les produits des fabriques étrangères exposés au Trocadéro,
nous trouverions une abondance presque aussi complète, depuis les vases
de Chelsea, en Angleterre, jusqu’aux figurines et aux vases de Saxe.

M. Davis, de Londres, expose trois vases de vieux Chelsea, qui
prouvent à quel degré la fabrique anglaise s’est inspirée de celle de
Sèvres. Même profil du vase, beaucoup moins simple dans ses formes ;
même genre de décoration dans les médaillons, peints d’après des compo-
sitions de l’école de Boucher, mais avec un moindre sentiment de l’har-
monie des couleurs. Une seule chose mérite une critique que les artistes
de Sèvres eussent sans aucun doute évitée à cette époque : nous voulons
parler de ce fond lie de vin, d’un effet bizarre, sur lequel se détachent
en relief les nervures dorées qui complètent l’ornement de ces vases,
d’ailleurs extrêmement précieux.

L’Exposition universelle de 1878 restera une date célèbre pour la
céramique. Si, en effet, au Trocadéro son histoire est représentée depuis
les temps les plus reculés par des spécimens empruntés à toutes les
nations et à toutes les époques, au Champ de Mars aussi tous les peuples
du monde ont tenu à témoigner, par leurs envois, de cette grande renais-
sance de la céramique moderne, à laquelle il nous est donné d’assister.

HENRY DARCEL.
loading ...