Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 291
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0304
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE MOYEN AGE ET LA RENAISSANCE AU TROCADÉRO. 291

Le xYie siècle a peu d’ivoires à nous offrir, à part les quatre belles
poires à poudre que possède M. le baron Ch. Davillier, celle surtout que
décore une figure de Vénus accompagnée de l’Amour, d’un relief très-
discret et d’un modelé très-fin.

Une figure de femme nue, du même cabinet, portant un vase devant
elle, nous semble appartenir à l’art allemand du xvi9 siècle, tandis que
l’art flamand peut revendiquer un groupe en ronde bosse exposé par
M. Odiot : Mars et Vénus, qui sont tout absorbés par les attachantes
combinaisons du noble jeu de dames, tandis que des Amours lutins
cueillent et mangent les raisins d’une treille.

M. Delaherche a exposé une charmante petite tête de femme du
xvic siècle, posée sur une fraise d’argent, à l’extrémité d’une épingle
d’ivoire qui nous fait songer aux petites figures de femmes du xive siècle
qui amortissent les « gravouères » (épingles à séparer les cheveux) de
la curieuse collection de M. Victor Gay.

L’art espagnol du xvne est représenté par une tête d'Ecce Homo, de
grandes proportions et d’un sentiment très douloureux, à M. Gaston Le
Breton.

Nous terminerons enfin par une œuvre remarquable de la fin du
xviie siècle : le buste d’un personnage en perruque in-folio, d’un type
très personnel et d’une exécution très souple, qui porte la signature de
son auteur : c. lacroix fecit. Notre collaborateur Paul Mantz nous
apprend dans la Gazette clés Beaux-Arts (t. XIX, p. 3A3), à propos de
l’Exposition rétrospective de 1865, où le buste de M. Fau avait figuré,
que ce G. Lacroix, était Bourguignon et fabriquait surtout des crucifix à
Gênes, où il était établi.

ALFRED DARCEL.
loading ...