Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 970
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0998
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
970

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

possède le musée de Rouen, et qui offre quelques couleurs en plus.
Tous deux semblent indiquer une influence orientale.

Il faut attribuer à une époque un peu postérieure deux plats qui
semblent sortis d’un même atelier : l’un de la collection Basilewsky
représentant un buste d’homme de profil, coiffé d’un bonnet, tracé en
bleu; l’autre, du cabinet de M. Victor Gay, où c’est une femme en
béguin qui est figurée. Le bord est peint en violet et décoré de filets
blancs par enlevage.

Enfin M. Benjamin Fillon a apporté avec un buste d’un art très
réaliste que nous publions et que nous ne savons trop à quelle fabrique
attribuer, un plat représentant un prince assis entre un conseiller (?) et
un page qui sont debout, peints en bleu et jaune, dans un champ irré-
gulier réservé au milieu d'un semis d’ornements qui ressemblent à des
plumes de paon tracées en violet, en vert et en jaune.

Ces plumes de paon sont assez ordinairement attribuées à l’atelier de
Chaffagiolo, dont nous trouvons au Trocadéro d’irrécusables spécimens.

C’est d’abord un grand plat aux armes des Médicis, daté de 1515,
appartenant à M. le baron Alphonse de Rothschild. Des grotesques sur
fond bleu peint décorent son large bord. La couleur rouge de l’écu,
appliquée de place en place sur les grotesques, est caractéristique de
l’atelier d’où a dû sortir, à peu près à la même date, le plat de la Flagel-
lationde la collection Basilewsky, ainsi que l’assiette représentant
Mntius Scævola, et un disque, fond de plat probablement, représentant
une marche d’hommes cl’armes en costume du xvie siècle, signé au revers
d’un F barré, exposé par M. Antiq.

La coupe représentant Bacchus enchaîné, d’après l’estampe de
Robetta, une des perles de la collection Basilewsky, portant au revers le
sigle de Chaffagiolo, nous semble de la même main que la coupe de la
collection de M. le baron A. de Rothschild, ornée au fond d’un dragon tracé
en bleu sur fond jaune, et sur ses larges bords de grotesques à enfants
symétriquement disposés, en blanc avec quelques touches rouges, sur
bleu appliqué au pinceau. Elle est signée au revers : in Chafaggiuolo,
au-dessus d’un trident. Le grand plat appartenant à M. A. Dutuit, que
nous reproduisons, dont le décor est bleu et vert, et blanc sur blanc sur
le marly, porte au revers le P de Chaffagiolo. Nous classons comme pro-
venant du même atelier quelques coupes charmantes, comme les deux de
la collection Basilewsky,— nous en publions une, — qui portent au fond
les armes des Médicis peintes avec le rouge caractéristique et quatre
çuppa amatoria exposées, l’une par M. Victor Gay, les deux autres par
M. Joseph Fau,la dernière par M. Antiq. Cet amateur possède en outre une
loading ...