Revue égyptologique — 2.1881

Page: 24
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1881/0034
License: Free access  - all rights reserved Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
24

Eugène Revillout.

Le Timofhée, dont il est question ici, est le célèbre Timotliée Elure, un des ardents
amis de Dioscore, celui-là que les Jacobites devaient, après sa mort, élire patriarche et qui
eut lui-même pour successeur l'interprète et le secrétaire actuel de Dioscore, le diacre Pierre
(ou Pierre Monge) dont nous aurons bientôt à publier dans la Revue les œuvres coptes.
Quant à ce diacre, plein d'ostentation, auquel notre texte fait allusion, il ne serait pas im-
possible qu'on eût voulu indiquer par ces mots Protérius, l'économe du Césarion, dont nous
verrons plus tard les aventures, et qui, après avoir été désigné par Dioscore pour gouverner
son église en son absence, fut, postérieurement au concile et à la déposition de Dioscore, élu
par les orthodoxes comme archevêque d'Alexandrie. Cependant ce point reste douteux; car
nous ne savons d'une façon positive si Protérius était à cette époque prêtre ou diacre, bien
que sa fonction d'économe du Césarion semble plutôt impliquer le diaconat. Quoi qu'il en
soit, Dioscore parle plus loin dans son ouvrage, d'une façon beaucoup plus détaillée, de Pro-
térius. Nous reviendrons donc sur ce sujet, et, en attendant, nous allons reprendre la suite
de son récit.

CTô.ii5c(i)0T-ii cêoàSgii pa.iio-^ AiqJrta.iP npoTi-oi a.qciiiv.OT ea. oit ce. iigav. TiGqptoAU Scn nisctoi
a-iion oto ne* na.ujHpi a.iGiuiOT ce. ot ce.. e.qqo:sc.q cnujtoi Scii Tt\>e.uji Aviuesctopo^ e.qtouj c£io'\
eq2e.c0Ai.M0c 2£.e ne.itoT ne.pxHC1T!Cll0n0c OCP"c- evl1011 MiiftÇCf AuiGTpoc ni:x.ie.Htoit dcc e.na.Tf
2£6 epe ne.iâeA'A.0 DttOAv.Av.oc stc on\ ncTpoc 2»_e nc:5«.s.q ne.q dcc 6k.24.6 ott «mot. neoc.e.q sec
e.nieniCROnoc THpOTP CTivs-cpccÛTCOTOTr c^poiri neAie.il çto'A. chothi. ne2c.e.q ne.q sec a.KCC0O7rH uoeon.
H^oq Dec ncD£.d.q sce e.ine.tr epoq o^wc epe ne«OTre.& e.ne- tyo^ niaucuoiioe ïitg ncoi iiiAv.e.pTTrpoe
htg nxc *qooi epe.Tq epe menicROiioc TiipoT oçj epe.T07r otoo e.noii iieAi.e.11 Ha.uoçj epa.Tcu.
ou-09^ a.ine.ir GOjMiX^-0,'A GTrqicpicoo-r gt^Ch çjqcoi neiie.q>iiOTFi. a.i2coirujT oiv e.iHe.tr ce.^e.ne.cioe
nô.p^itciiicuonoc iitg pa.H.o-^ cq2c.t0Ai.Av.0c Av.niAVô.pTirpoc htc «Xe e.ne. ïiicniciionoc dcc hc-

HIO"^ AUlI^pOHOC DCtOAVAlOC >1«.b. 2C.6 e.p id^O^AV.e.TI■$iii 01to0_ e.pIDs. o^.VVATi 5 jk iiIIiGUICROÏ10C dc.G GllG

ceiie.Av.iuji iiKSkAtoc iys.u av.avoh. ciiee.ine.-tr 2>_e Gpoq ee.qon-ioH noirpo n;)ça.Hia. qAv,ois"\- Gqscto av.av.oc
ace niçoq na.pxeoc- *en "^ottiiot e.me.ir gottiiiuj-^ nav.pa.uton gottoh ots-toavoc HDttOAv. Aog *en pcoq.
a.ictoTGAv. cOTTCAv.it Sen iii^ni çi q>e.pOTr Avni2v.pe.Hton dc.6 noî\.2<2Gpia. <Ti AVt\>e.i iiTCTinq AiAie.p-
iue.no c.....

«Lorsque nous eûmes levé l'ancre et quitté Alexandrie, vers le soir, Macaire alla se
» reposer séparément, avec son diacre dans le vaisseau, et moi et mes fils je m'endormis
» séparément.

« Vers le milieu de la nuit, Macaire se leva en criant : Mon père l'archevêque, es-tu
» éveillé ?

« Moi, je réveillai Pierre et lui dis : Va voir ce que dit ce vieillard.
« Pierre lui dit : Que dis-tu, mon père ?

« Il répondit : Tous les évêques, qui s'étaient apprêtés à venir avec nous, sont retournés
» chez eux.

«Pierre lui dit : D'où le sais-tu, mon père?

« Lui, il répondit : J'ai vu comme le saint apa Psoti, l'évêque de Psoi (Ptolémaïs), le
» martyr du Christ, qui se tenait debout, ainsi que tous les évêques et nous-même, et sur
» leurs têtes je vis des couronnes splendides.

«Je regardai encore : et je vis S* Athanase, l'archevêque d'Alexandrie, qui disait à
«l'évêque Psoti, le martyr du Christ, nos pères du trône te disent : Dogmatise et enseigne
loading ...