Revue égyptologique — 2.1881

Page: 201
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1881/0239
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Première lettre sur les monnaies égyptiennes.

201

première lettre
DE M. REVILLOUT A M. LENORMANT DE L'INSTITUT

SUR

LES MONNAIES ÉGYPTIENNES.

Mon cher ami et maître,

Les questions que vous me posez dans votre lettre sont fort délicates.

Pour les éclaircir, nous avons dû, à ce point de vue, examiner à fond les collections
numismatiques de la Bibliothèque nationale et du duc de Luynes, en les comparant à celles
de Berlin et du British Muséum. Mon frère et moi, nous avons étudié plus de 7000 médailles,
chiffre sans doute insuffisant, mais déjà respectable. Sur ces 7000 médailles la plupart ont été
décrites par nous avec le plus grand soin et plus de moitié avec pesées exactes. Toutes les
monnaies ptolémaïques du Cabinet des Médailles et du duc de Luynes ont été ainsi décrites
et pesées, ainsi que les monnaies égyptiennes d'Alexandre. Il en a été de même pour un
nombre considérable de monnaies ptolémaïques de Berlin et du British Muséum, et dans ce
nombre je noterai surtout toutes les grosses monnaies de cuivre, sur lesquelles je désirais me
former une opinion définitive. Les monnaies persanes, satrapiques, phéniciennes, syriennes,
d'une grande partie de l'Asie-Mineure, de la Cyrénaïque, de Chypre, de Cartilage, de Corinthe,
de Rhodes, de Sicile, d'Athènes, d'Egine, etc. etc., ont été également étudiées comme termes
de comparaison. Je dois adresser ici tous mes remerciements à MM. les conservateurs et à
leurs collaborateurs, qui ont facilité mes recherches de toute manière. MM. Chabouillet,
La voix, Muret, de la Tour, Babelon, de la Bibliothèque nationale, Friedlander et Erman, de
Berlin, Poole, du British Muséum etc. etc., ont été pour nous d'une grande bonté

D'un autre côté, j'ai dû revoir avec soin tous les papyrus démotiques et grecs de l'époque
ptolémaïque, faire le calcul exact des mesures de capacité et de terrain pour pouvoir estimer
les indications monétaires relatives aux pensions alimentaires, aux ventes et prêts de céréales,
aux transactions de toute sorte, aux amendes, aux registres de comptabilité, etc., qui rem-
plissent ces textes précieux dans les deux idiomes. J'ai dû aussi faire le calcul de l'intérêt
de l'argent en Egypte. Quelques-uns des résultats auxquels je suis arrivé sont exposés dans
les articles qui précèdent, d'autres se trouveront au cours de cette lettre. Qu'il me suffise
de dire que, grâce à votre aimable intervention et aux nouvelles idées que vous avez fait
surgir devant moi, je suis arrivé, je crois, avec certitude, à établir l'équivalence des évaluations
monétaires selon les deux calculs égyptiens (dans la langue vulgaire et dans la langue des
conquérants), la proportion des différents métaux monétaires et la valeur réelle de la monnaie

1 MM. Poole, Friedlander et de la Touk ont été particulièrement d'une complaisance infinie dont je
ne saurais trop être reconnaissant. Je regrette de ne pas me rappeler les noms des collaborateurs de
M. Poole, qui ont bien voulu faire pour nous un très grand nombre de pesées. c'est k mon frère, M. le
docteur Revillout, que sont dues toutes les autres.

26
loading ...